Pas de plaisir sans gêne ?

Avis sur Elle

Avatar ZéroZéroCed
Critique publiée par le

Le cinéma français n’est pas voué à être aride, littéraire et dramatique (quand il ne propose pas de comédies), ne soyons pas fatalistes ! Cette adaptation du roman "Oh…" de Philippe Dijan est un tournant stupéfiant dans la filmographie culte de Paul Verhoeven. Là où on ne l’attend pas, le réalisateur néerlandais apporte son supplément de folie et son sens de la narration dans un thriller profondément réussi alors que les sujets abordés ont à priori tout pour être casse-gueule. Elle, c’est d’abord Isabelle Huppert (aka Michèle), personnage central aussi fascinant qu’ambiguë se complaisant à faire souffrir les autre et aussi elle même. Michèle porte des terribles cicatrices de sa jeunesse et cela se traduit par une asociabilité chronique, mais aussi une vie sentimentale et charnelle très très particulière.

C’est bien le principal propos du film : une femme mûre, sûre d’elle qui ne veut pas montrer ses faiblesses alors même qu’elle subit d’effroyables agressions à répétition dans la maison où elle vit seule. Le scénario surprend, rien n’arrive comme on pourrait l’attendre sans tomber dans des travers mélodramatiques ou une déshumanisation des personnages. On assiste plutôt à un portrait cynique de la « caste » bourgeoise parisienne, d’ailleurs souvent assimilée au cinéma français, où derrière les masques et les bonnes manières se cachent des personnalités loin d’être parfaites. Le ton n’en demeure pas moins varié et laisse la place à des dialogues savoureux teintés d’humour et de subtilité. « Pervers sans être malsain, rugueux sans être violent, sensuel sans être sulfureux » comme le dit si bien Kamarade Fifien, Elle, n’avait il pas tout pour repartir champion de Cannes 2016 ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 260 fois
1 apprécie

ZéroZéroCed a ajouté ce film à 1 liste Elle

Autres actions de ZéroZéroCed Elle