Elle a tout l'air d'un nanar

Avis sur Elle

Avatar pilyen
Critique publiée par le

Quand je suis ressorti de "Elle" , que les Inrocks auraient bien vu palme d'or, j'étais quelque peu dubitatif. Oui Isabelle Huppert est très bien mais elle n'arrive pas à sauver ce kougloff épate bourgeois, un peu trop long, dialogué à la truelle et surtout noyé par une multitude de personnages aussi ridicules qu'inutiles.
Par où commencer pour expliquer ma déception face à ce film aux allures sulfureuses guère convaincantes ? Peut être dans la genèse du projet, qui devait au départ être tourné aux States pour finalement voir le jour en France, les acteurs américains ne voulant pas se commettre dans un film aussi licencieux. Là on pourrait être titillé et se dire qu'heureusement que la France, la patrie du cinéma d'auteur conformiste ou non, est là pour rattraper le manque d'audace ( surtout quand on parle de sexe). On peut en effet voir les choses de cette façon mais le scénario qui accumule les improbabilités peut aussi apparaître comme répulsif. La présence d'Isabelle Huppert et de toute une pléiade d'acteurs connus dans des seconds rôles semble confirmer peut être l'audace du star system français mais sans doute la folle envie d'inscrire dans leur filmographie le nom du réalisateur de Basic Instinct et de Robocop et ce, quelque soit le projet. Qu'à Virginie Efira à gagner à jouer un second rôle de potiche catho intégrale et d'avoir à débiter des phrases du style : " Et si l'on commençait le repas par une action de grâce !? " ou plus tard " Je peux mettre la messe de minuit ? " ? Elle est une des multiples personnages aussi inutiles que stéréotypés. En plus de la mèmère façon anti mariage pour tous, défilent le fils débile total, maqué avec une chieuse enceinte, un ex mari sans le sou, l'amant, mari de la meilleure copine , le tout évoluant dans le milieu du jeu vidéo et vivant dans de beaux pavillons. Du fric donc, de la branchitude et bien sûr du sexe. Ok, il s'agit d'un viol, pas de quoi faire naître des fantasmes sauf que la victime, Isabelle Huppert, prend cela avec une sorte de détachement étrange sensé mettre en éveil l'intérêt du spectateur. Après l'acte horrible, image forte et bien mise en scène, le scénario bâti pour nous mener dans de fausses pistes tout en installant l'ambiguïté, emprunte des chemins assez lourdingues, s'encombrant de situations inutiles, parfois peu plausibles, d'un passé plus que lourd, le tout enrobé de répliques risibles. Il faut dire qu'adapter le roman de Philippe Djian "Oh !" en film haut de gamme relève de l'exploit, tant l'histoire de départ ressemble à un scénar refusé de télénovela brésilienne. Et malgré le talent de sa comédienne principale ( et des autres aussi), Paul Verhoeven n'y arrive pas. Il a beau employer la star française dans une compil parfaite de tout ce qu'elle a donné ailleurs de sulfureux ( la force et la détermination glaciale comme chez Chabrol ou le sado masochisme chez Haneke) et revenir sur ses thèmes de prédilection ( le sexe déviant, la perversité, les lesbiennes ), l'ensemble est bien poussif et presque risible.
La fin sur le blog
http://sansconnivence.blogspot.fr/2016/05/elle-de-paul-verhoeven.html

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 469 fois
5 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de pilyen Elle