Bouche-trou hétérogène

Avis sur Elvis & Nixon

Avatar Eowyn Cwper
Critique publiée par le

Profitant que son histoire, même de loin, a pu être vaguement possible, le film joue le jeu du bouche-trou en racontant pourquoi et comment Elvis a rencontré Nixon en 1970. Le résultat, c'est un divertissement qui ne pousse pas plus loin les premiers adjectifs que cette rencontre évoque : rigolo et insolite.

C'est-à-dire que le film va s'employer à être le plus rigolo et insolite possible, mais c'est difficile quand on prend la présidence et les services secrets un tant soit peu au sérieux (Colin Hanks y participe malheureusement trop bien) – et ça ne va pas loin avant de se casser la figure. Les rebondissements sont basés sur des personnages influençables et un protocole formidablement plastique, les contrariétés qu'ils occasionnent ne cachant jamais que leur but est de gagner du temps avant les 16 minutes essentielles, la rencontre. En attendant quoi, rien ne fait de connexion avec Elvis (réduit à un fantasque presque sénile) ni avec Nixon (vieux ronchon anti-hippie). La BO passe pour de la musique d'ascenseur à côté de celle dont on est (au moins un peu) censé regarder l'histoire.

Enfin, rien de folichon dans ces 16 minutes non plus : Shannon et Spacey sont à l'aise dans un décor soigné, mais leurs interactions confirment et ponctuent une parodie étrange. Leurs rôles atones et décalés concluent que le bouche-trou historique qui ridiculise étaient peut-être une mauvaise idée.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 23 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Eowyn Cwper Elvis & Nixon