Peters Sellers une CRISE CARDIAQUE ? J'IGNORAIS QU IL AVAIT UN COEUR

Avis sur Embrasse-moi, idiot

Avatar Jean Noel Rouxel
Critique publiée par le

Embrasse-moi idiot c’est l’histoire d’un scandale accompagné d’une réalisation compliquée qui laissera des traces sur la carrière de Wilder.
Tout commence 20 ans plus tôt lorsqu’en 1944 une Italienne Anna Bonacci présente sa pièce « L’Ora Della fantasia » au public Italien. Celui-ci est sous le charme et la pièce rencontre un vif succès. Elle est reprise en 1953 sous le nom de « l’heure éblouissante » en France ; on y croisera notamment Jeanne Moreau. La pièce traverse l’atlantique et arrive sur le nouveau continent sous le nom de « The Dazzing Hour » sans franchir Broadway. Pour autant le cinéma s’empare du scenario déjà en 1952 par Mario Camerini « Une femme pour la nuit » puis Billy Wilder et son scénariste A.L. Diamond s’y attèlent.
Pour eux cela semble un jeu d’enfant et le succès leur tend les bras que nenni. Pour le rôle principal Billy fait appel à son chouchou Jack Lemmon mais celui-ci a déjà des engagements. Il se tourne alors vers un Britannique qui fait grand bruit après son interprétation dans Lolita et Docteur Folamour de Kubrick. Vous l’avez reconnu il s’agit de Peters Sellers bien sûr. Le tournage débute le 20 mars 1964 et dés le début la mayonnaise prend entre Sellers et Dean Martin qui est hilare à chaque réplique agaçant même le réalisateur qui doit refaire prises sur prises. Sellers a d’autant plus de facilité à jouer le rôle qu’il est jaloux maladif et fait des crises à Britt ekland sa compagne de l’époque que l’on apercevra aussi au bras de Rod Stewart. Cependant l’ambiance est agréable Wilder donne 300 dollars à Sellers afin qu’il aille en famille passé un Week-end à Disneyland.
Sellers sur motivé dans l’optique d’une nuit d’amour paradisiaque ingurgite du poppers en grande quantité. S’en suivra huit crises cardiaques une nuit effroyable ou il faillit perdre la vie et signera la fin du tournage pour lui.
C’est Ray Walston qui hérita du cadeau empoisonné car les acteurs ne s’entendent plus. Seul Felicia Farr compagne de Jack Lemmon accompagnera Walston dignement. Pour le rôle Polly le Volcan initialement prévu pour Marylin disparut en 1962 c’est Kim Novak qui fut choisi. Celle-ci le regrettera amèrement car l’Amérique puritaine s’arque boutera dès la sortie du film sur ce message profanateur et le rôle déluré de Kim montrant un nombril dénudé. Cette critique injuste est mal vécue par l’actrice qui interpréta le rôle alors qu’elle avait fait une mauvaise chute et ne voulant interrompre le tournage continua celui-ci dans la douleur.
Des années plus tard le film retrouvera un second souffle réhabilité dans la mouvance de la nouvelle vague.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 25 fois
3 apprécient

Jean Noel Rouxel a ajouté ce film à 2 listes Embrasse-moi, idiot

Autres actions de Jean Noel Rouxel Embrasse-moi, idiot