Comédie incomprise !

Avis sur En cloque, mode d'emploi

Avatar -Alive-
Critique publiée par le

Je viens de revoir le film et par curiosité je suis allé lire quelques critiques sur le site. J'ai été surpris par la négativité qui en ressortait. Moi qui pensais que les gens aimaient Apatow, moi qui pensais qu'ici les cinéphiles savaient faire la part des choses, jugeaient justement, je suis un peu déconcerté de voir que ce que je pense du film est très loin de ce que j'ai lu.

Premièrement les gens sont déçus de constater que le film n'est pas vraiment drôle. Bein oui, Apatow fait de moins en moins des films drôles, il s'agit moins de comédies poilantes que de films "sociaux" avec des thèmes sérieux. Funny People, ou encore 40 ans: mode d'emploi attestent toujours plus de la direction qu'Apatow prend. Ses films oscillent entre différents tons. Parfois légers, parfois gras, parfois durs, on y retrouve le désir d'Apatow de parler de la vie sous tous ses aspects et de débarrasser le récit qu'il en fait de tout élément réducteurs. Si vous vous attendez à une comédie folle à se taper le cul par terre tous les trente secondes vous vous trompez de film. Dîtes merci aux distributeurs français qui ne savent pas vendre ses films autrement que comme des grosses comédies.

Les gens accusent les personnages d'être "mièvres". Merde. Je trouve les personnages incroyablement justes. L’intérêt du film est justement de jongler avec leur personnalité, avec leurs paradoxes, d'en brosser le portrait et de peindre une évolution sans cliché, sans exagération. Les deux personnages principaux, Ben et Allison, partent de critères bien définis pour évoluer par la suite, pour se remettre en question sans non plus changer du tout au tout (et là on évite l'erreur de toutes les comédies romantiques qui racontent des transitions grossières). Il n'y a pas de personnages mièvres, c'est de la mauvaise foi que de dire qu'ici les personnages répondent à des clichés. Ils répondent à des personnalités bien définies certes, le gros geek qui passe son temps à fumer de la beuh et la femme de carrière droite et coincée mais le film prend le temps de nous montrer que ces personnalités sont riches, ont de multiples facettes, qu'elles peuvent changer, qu'on peut les redéfinir et qu'elles impliquent des tas de questions lorsque elles se rencontrent.

Les gens accusent le film d'être "long" et "chiant" peut-être parce qu'ils s'attendaient à du comique de situation avec des torrents de punchlines et on leur sert un film à dialogue qui mélange des thèmes loin d'être drôles. On retrouve d'ailleurs le couple qui sera à l'écran dans 40 ans : mode d'emploi, couple qui sonne vrai et qui permet à Apatow de poser son regard personnel, son regard d'homme, sur le sujet du couple. Et c'est peut-être là aussi une raison pour ne pas aimer ce film, c'est qu'il prend beaucoup parti pour les hommes mais d'une certaine manière il raconte très bien comment les choses sont et comment les différences sociales, générationnelles et sexuelles s'affrontent ou se mettent d'accord.

Les gens accusent le film de ne pas être technique ! Oui technique. En gros il n'y a pas une image léchée, des mouvements caméras complexes, le chef opérateur n'a pas tenté des trucs de ouf, il n'a pas fait de plan séquence ou je ne sais quoi ... Non mais là c'est du foutage de gueule. Un film a-t-il toujours besoin d'être une expérience technique ? Ici il est clair que l'intention porte sur le récit, sur les dialogues. La caméra n'a pas besoin de bouger. On n'a ni besoin d'effets visuels, ni de jeux de lumières. Tout repose sur les dialogues, sur leur justesse, sur l'écriture de scènes clefs. Le film fonctionne très bien sans folie visuelle.

Et puis l'humour ne réside pas de manière grossière, il n'est pas le rail du récit, il est distillé à travers quelques personnages et quelques situations mais se trouve sans arrêt filtré par le reste. Le rire est rapide, sympathique, il est souvent suivi d'une autre émotion, c'est souvent que les personnages d'Apatow nous font rire une seconde puis nous désolent ou nous attendrissent la seconde d'après. La manière de traiter le comique est totalement singulière et elle peut-être déstabilisante, c'est encore plus vrai dans Funny People où les émotions sont comme des montagnes russes, passant de la comédie au drame d'une façon presque perturbante. Le rire chez Apatow est timide, discret, il traverse les dialogues mais ne se montre pas souvent et laisse place égale aux autres émotions.

Au delà de la comédie il y a dans ce film et dans les derniers Apatow un désir de brosser différents portraits. Sympathiques, graves, pathétiques, sérieux. Et alors tout ça ne ressemble plus vraiment à une comédie. En fait si c'en est une mais c'est dilué de façon subtile, peut-être trop, et du coup les gens déstabilisés ne retiennent qu'une infime partie du film, ne voient pas le reste. Mais je tiens à le redire clairement, Apatow signe ici un film ni trop drôle, ni trop sérieux, mais un film juste, oui toujours juste, qui ouvre différentes voies, qui propose des lectures multiples sans se soucier des cadres que peut lui imposer son sujet. Ce cadre il le dépasse dès qu'il le peut, mais il ne le dépasse pas dans l'ostentation, il le fait simplement de façon naturelle et c'est au spectateur de se laisser emporter dans l'histoire sans regarder "ce qui doit être fait", les à-prioris, les attentes doivent être laissées de côté. Il est primordial de regarder dans ces conditions, autrement on fera comme la moitié des gens qui ont livré des critiques négatives, on passera à côté de l'oeuvre sans en comprendre le but et puis on dira : "hann mais c'est pas drôle, c'est long !".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1146 fois
10 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de -Alive- En cloque, mode d'emploi