JAWS (L’attraction, pas le film !) au Parc Universal de Taïwan

Avis sur En eaux troubles

Avatar KatHanA
Critique publiée par le

Ah ! Est-ce que la (fausse) bonne idée de faire plonger Jason « Tatannes » Statham dans un film de requin, impression qui me taraudait lors de la vision des diverses bandes annonces, est infirmée ou confirmée après la vision du film cet aprem ? Je ressors de la salle, j’en ai encore les baskets humides d’avoir pataugé dedans…

Déjà, Jason Statham c’est LE mec de film d’action. Le gars n’interprétera jamais un fragile pleurnichard à l’écoute de ses faiblesses, malgré ce que le début du film laisse à penser.
DONC, par essence, le gars n’a peur de rien et surtout pas du principal protagoniste du film : le Meg. Un bestiau tout en dents de 23 mètres (quand même !) capable de bouloter une baleine d’un coup de mâchoire, excusez du peu.
Là où le malaise commence à me gagner, c’est que personne dans ce film ne semble jamais effrayé (à part bien sûr les badauds lambdas) par la proximité du monstre.
Tous les personnages m’ont parus dénudés d’empathie, incapables de générer la moindre émotion : ni dans les moments censés être effrayants, ni dans les moments dramatiques, ni même dans les instants de relâche type humour, romance, ou érotiques (erf ! Ne vous attendez évidemment à rien de tel dans ce film bande de pervers polymorphes^^).
Pire : cette impression générale que les antagonistes ne sont que des formes oxygénées (vous noterez le choix judicieux des termes pour un film qui se passe sous l’eau, erf) semble également contaminer le scénario.
Pourtant, film, à quelques instants, j’ai cru que tu allais nous donner de beaux moments de suspens ; recréant ainsi l’angoisse sourde d’une menace séculaire sous-marine, invisible, prête à jaillir !
Eh bien non. Tant au niveau de l’histoire que des personnages, on aurait apprécié un peu plus de vulnérabilité, de profondeur (oh oh, et un doublé niveau vocabulaire), de tension généré par un enjeu émotionnel; mais le film semble être condamné à être lissé : pas de mort atroce, aucun jump scare, pas de punchline humouristique en diable, même la timide romance vaguement suggérée n’aura pas lieu ! Pas le moindre bisou !
Et Statham himself en est réduit à une sorte de stéréotype de lui-même ; si l’on peut apprécier sa plastique ainsi que ses talents de nageur (sa profession avant la castagne), ne vous attendez pas à voir du Statham surmultiplié tel un Ethan Hunt dans Mission Impossible : Fallout (aux cascades absolument ahurissantes !).
Reste les CGI, plutôt bien fichues, même si curieusement la vision de ce film en 3d vous donnera l’impression que tout est très petit (les plans larges du début avec un hélico qui donne le sentiment d’être un drone télécommandé par exemple).
BREF : En eaux troubles se veut un film « pop-corn » capable de vous divertir une heure trente ; mais retournez voir Rogue : l’affrontement final si vous voulez du Statham ou, bien évidemment, Jaws, Peur bleue ou même Reef si vous voulez du Requin.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1365 fois
12 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de KatHanA En eaux troubles