Une énergie impropre à la fiction

Avis sur En guerre

Avatar Fêtons_le_cinéma
Critique publiée par le

Nous avons sous les yeux une œuvre de colère, un coup de poing balancé à la figure de tout un système qui nie l’humain au détriment du chiffre. Nous avons sous les yeux cette triste réalité qui, depuis des années maintenant, pullule sur nos écrans, marque les journaux de son terrible sceau. La question, maintenant, se formule ainsi : comment changer le dialogue social – et la lutte qui en découle – en énergie cinématographique ? et surtout : qu’est-ce que le cinéma va apporter à la réalité ainsi captée ? La réponse n’est pas claire. Tout se passe comme si l’urgence sociale actuelle conférait une légitimité aux fictions qui s’efforcent de coller au plus près de la réalité, dans une approche de reportage pourtant exagérée, disons redoublée, par une musique amplificatrice et assourdissante, par une esthétisation de l’image qui pourtant la rejette en bloc. Les scènes intimistes brisent le huis clos réaliste et donnent l’impression de servir une démonstration politique assez forcée, sur un sujet qui se suffisait à lui-même. Car c’est justement dans son refus de la fiction qu’En guerre fonctionne, lorsque vibrent des corps devenus entre-temps décors dans le paysage français. Immergée au cœur de l’action, la caméra rapporte les tensions inhérentes aux camps en présence avec un réel talent. Ici, c’est le choix du registre fictionnel qui dissone puisque tout ici hurle le vrai, jusqu’à ce cri de désespoir final totalement déchirant. Faire naître l’épique au sein du genre documentaire aurait, en revanche, décuplé l’impact émotionnel et l’immersion d’un spectateur ici pris entre deux eaux et qui soupçonne davantage un opportunisme social qu’une véritable vision artistique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 127 fois
1 apprécie

Autres actions de Fêtons_le_cinéma En guerre