Anti-Adinaieros

Avis sur End of Animal

Avatar IllitchD
Critique publiée par le

Premier film de Jo Sung-hee, film de fin d'étude qui nous plonge dans une ambiance post-apocalyptique surréaliste.

End of Animal n’est pas facile d’accès et fait partie de ces films, qui indubitablement, feront débats. En ce qui me concerne, il est habité d’une force peu commune qui parvient à allier film d’auteur et de genre. A travers cette œuvre à la fois dure, sale et obscène, Jo Sung-hee dépeint les relations humaines dans une société qui se désagrège. On perçoit les instincts grégaires qui nous habitent tous. Un instinct animal qui se propage tout au long du film comme cette fin de monde. Dans cette campagne perdue (coréenne et non pas japonaise), le cinéaste développe une atmosphère pesante et crépusculaire qui interroge sur la place de la femme dans la société mais s’emploie également à placer Dieu au centre des évènements qui se jouent. Est-ce un dessin de Dieu ? Ou du Diable ? Alors qu’on assiste incontestablement à la fin du monde par le biais d’un monstre qui rôde (l’un des anges de l’apocalypse ?), nous suivons la survie de Sun-yeong, perdue au milieu de nulle part, dont la grossesse est avancée. Elle rencontrera sur sa route des âmes perdues qui n’ont plus aucun espoir. Nous sommes confrontés dès lors à un cauchemar qui communique un certain malaise.

Côté réalisation, Jo Sung-hee livre une œuvre épurée. Il tire en longueur certain plan, insiste sur le paysage désolé, renforçant la situation apocalyptique. Tout épuré est le scénario qui se focalise essentiellement sur l’errance du personnage qu’est Sun-yeong. Il va de soit que ce dernier aspect peut être sujet aux critiques négatives. On pourrait reprocher au cinéaste, scénaristiquement parlant, de laisser le spectateur dans un certain désarroi. Au-delà, End of Animal souffre de deux maux. Un rythme loin d’être soutenu et des longueurs. Un film loin d’être parfait donc mais qui réserve de très bonnes choses.

End of Animal est d’un intérêt certain. Il est de ces films qui interpellent par le trouble qu’il suscite. Il est de ces films qui laissent de nombreuses interrogations sans réponse, comme si le cinéaste souhaitait nous voir prolonger son œuvre en ne refermant aucune porte. Rien que le titre est des plus évocateurs sur la condition humaine. Bref. Un cinéaste à suivre !

http://made-in-asie.blogspot.fr/2011/10/end-of-animal-end-of-animal-festival.html

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 224 fois
3 apprécient

Autres actions de IllitchD End of Animal