Paradis soviétique

Avis sur Enfant 44

Avatar Flaw 70
Critique publiée par le

Adaptation du roman éponyme de Tom Rob Smith, confiée à Daniel Espinosa, réalisateur à la carrière relativement courte car il signe ici son troisième film et qui avait livré avant ça des films hautement oubliables. On ne va pas se mentir il n'était clairement pas l'homme de la situation pour adapter cette histoire et il livrera ce qu'il à jusqu’à maintenant livré, un film aussitôt vu aussitôt oublié et ce malgré de bonnes qualités.

Scénaristiquement le film disposera de quelques bonnes surprises, tout d'abord il prend le temps de placer ses personnages et de fouiller leurs psychologies. Au sein de l'URSS on a les gens qui ont peur et ceux qui terrorisent plongeant tout le monde dans une paranoïa collective où chacun se méfient des autres e où chacun sont finalement isolé par peur de parler et de dévoilé ces opinions, Une utopie qui promet le paradis mais elle n'est que le paradis des monstres, car dans un paradis où le meurtre n'existe pas et est répertorié en accident le meurtrier est roi. L'univers est en ça fascinant et est propice à un récit prenant qui tient en haleine jusqu'à son dénouement même si il se montre prévisible et qu'il tombe dans la caricature lorsqu'il s'intéresse aux antagonistes du film qui soit manque cruellement de nuance soit sont caractérisé par des clichés. Néanmoins le film se fera plus subtil et intéressant lorsqu'il s'intéressera aux protagonistes du film, ceux qui sont enclins à remettre en cause le système soviétique, en ça le héros se montre assez fascinant. Il est ce qu'on pourrait appeler un monstre de prime abord, un homme froid, suspicieux qui s'impose par la terreur et la violence, un pur produit de l'URSS, à tel point que l'on a du mal à ce dire qu'il est le héros du récit tellement il peut se montrer terrifiant. Mais son personnage sera incroyablement nuancé étant un homme en proie au doute et ayant un sens très aigu de la justice le rendant attachant mais aussi terriblement humain. Sa relation avec sa femme est aussi très intéressante, loin de la romance toute belle qu'on pouvait imaginer, c'est vraiment une union loin d'être rose, dénué de toute amour elle n'a épousé son mari que parce qu'elle avait peur de lui, c'est élément révélé dès les premières minutes du film change la donne et est loin des romances hollywoodiennes classiques et c'est de là que le film puisse une de ses plus belles forces par les thèmes qu'elle exploite, la compréhension de l'autre et la nécessité de communication, et aussi car le duo est attachant et fonctionne relativement bien. On aura aussi le personnage de Oldman qui se montrera nuancé et intéressant mais il est dommage qu'il ne soit pas exploité outre mesure. Car le film met quand même du temps pour se lancer et il souffre de quelques petits longueurs en raison de quelques errances qui aurait pu être évité. Après il est clair que ce film prépare la suite si celui-ci trouve le succès car plus qu'une véritable conclusion c'est aussi une porte ouverte sur l'avenir que nous laisse le film, une suite qui pourrait se révéler intéressante car elle promet déjà des développements psychologiques forts. Néanmoins ici plus que tous autre chose c'est le contexte du film qui rend le tout captivant, sans ça la traque de ce tueur aurait été moins palpitante car elle se révèle classique et manque de suspense, l'identité du tueur important peu au final et que cela est évacué pour finalement placer un antagoniste plus "imposant". Ce qui est relativement dommage car le final se fait plus didactique et forcé. D'ailleurs le film à un peu trop tendance à utiliser les facilités scénaristiques et l'introduction se veut assez laborieuse, que ce soit le flashback sur l'enfance du héros ou la petite séquence à la guerre qui au final ne sert à rien au sein du film.
Pour ce qui est du casting, celui-ci est excellent. Mené par Tom Hardy qui est absolument excellent dans ce rôle arrivant à se montrer aussi terrifiant qu'attachant et aussi fort et froid que fragile et humain. Il est tout le temps dans la nuance et la justesse de jeu qu'il irradie l'écran de sa présence charismatique. Noomi Rapace s'en sort aussi très bien même si elle à un peu tendance à jouer le même registre tandis que Gary Oldman est très bon et offre une prestation plus nuancé que prévu. Il est juste dommage que Joel Kinnaman et Vincent Cassel ne sortent pas de la caricature de leurs rôles néanmoins ils font le boulot convenablement. D'ailleurs il est marrant de voir que le duo des Enquêtes du département V est présent ici, ils s'en sortent tous les deux très bien surtout Fares Fares, car les films sont relativement proches dans leurs genres.
La réalisation est sinon plutôt bonne, la photographie se montre léchée et la musique, plutôt discrète, accompagne bien l'ensemble même si elle n'est pas très inspirée. Par contre le montage se fait bien trop cut durant les scènes d'actions les rendant illisibles. La mise en scène de Daniel Espinosa est en demi-teinte, autant elle se montre classique et efficace la plupart du temps, même si elle manque d'idées et qu'elle reste assez plan-plan, autant lors des scènes d'actions celle-ci se montre catastrophique. De par le montage comme je l'ai dit mais aussi parce que celle-ci sont filmés en shaky cam rendant l'ensemble très brouillons, la caméra bougeant tous le tend elle peine à capter l'action. Espinosa ne maîtrise clairement pas cet outil, il suffit de voir Safe House pour véritablement s'en convaincre, mais il continue à l'utiliser dans ses films. Ici heureusement les scènes d'actions ne sont pas prédominantes mais dès qu'il y en a une la mise en scène perd toute maîtrise, la palme revient à la première scène d'action du film qui se situe durant la guerre et qui est incompréhensible et hideuse.

En conclusion Child 44 est un film sympathique car il se montre indéniablement prenant et efficace. Même si il cède à la prévisibilité et au caricatural, l'écriture du film se fait plus habile et nuancé que j'aurais pu l'espéré livrant même quelques bonnes surprises dans le traitement du héros et du duo qu'il forme avec sa femme. De plus l'excellent casting arrive sans problème à palier la plupart des défauts du film pour nous faire passer un bon moment, surtout Tom Hardy qui prouve à chaque rôle le grand acteur qu'il est et qui promet beaucoup pour Mad Max qui arrive très prochainement. Il est juste dommage que Espinosa ne soit pas à la hauteur de l'entreprise, étant au final un metteur en scène assez moyen, qui a du mal à se poser surtout dans les scènes d'actions. Dans les mains d'un vrai cinéaste le film aurait vraiment pu être un grand thriller mais ici on a juste un thriller efficace mais vite oubliable. Ça divertit le temps de la projection et c'est déjà pas mal, en faisant un film idéal du samedi soir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1525 fois
11 apprécient

Autres actions de Flaw 70 Enfant 44