Unlock Holmes

Avis sur Enola Holmes

Avatar LucasCR
Critique publiée par le

Enola Holmes est adaptée du 1er tome de la série de romans de Nancy Springer par le scénariste Jack Thorne, et suit les enquêtes et les péripéties de la petite sœur du fameux Sherlock Holmes. Dans le film, Enola, alors âgée de 16 ans, enquête sur la disparition mystérieuse de sa mère. L'occasion pour la cadette de devenir détective privée. Ce film était censé sortir au cinéma cet été, mais bon, vous savez ce qui s'est passée.

Récemment dans les films à messages féministes, nous avons eu l'adaptation en live-action du film d'animation Mulan, inutilement bourrin dans son propos qui est, de base, progressiste. Je n'étais donc pas très serein quant à une version féminine du célèbre enquêteur. Et pourtant, malgré quelques défauts dont je vais y revenir un peu après, le long-métrage est mieux que ce que je pensais. Le traitement des personnages est bien géré, ils sont bien répartis, ils ont une bonne écriture et une bonne évolution au fur et à mesure de l'histoire. Les personnages féminins ne subissent pas le propos habituel d'autres productions, vus et revus. Enola en particulier, aidée par le charisme et l'énergie du jeu de Millie Bobby Brown, est un personnage qui a des capacités, mais qui, au contraire de Mulan, serviront grandement aux multiples péripéties que rencontrera Holmes. Elle n'est pas forte pour être forte, elle a appris à le devenir. Et malgré tout cela, elle aura quand même des défauts, elle va quand même faire face à des situations assez dangereuses dont elle n'aura pas forcément l'avantage. Elle va faire aussi faire des choix qui sont pertinents par rapport à son personnage et à ses idées.

J'aime aussi les relations construites autour de son frère, Sherlock (Henry Cavill), qui apporte une certaine émotion au personnage. On oublie pas l'aspect humain d'Enola, et c'est bien je trouve. Enfin le récit n'hésite pas aussi à observer la société à l'époque victorienne et en faire un constat sur les femmes de cette époque. Mais... se concentrant donc beaucoup sur les personnages (ce qui est bien), le scénario oublie par contre de dresser des enjeux vraiment importants à l'histoire, rendant le tout un petit peu déséquilibré, et les dialogues sont peut être un peu lourd. Le scénariste trouve une facilité à raconter l'histoire via Enola en brisant le quatrième mur, mais cela apporte de l'exposition peu nécessaire. Parfois, l'ambiance manque une certaine énergie que même Brown ne peut apporter, il y a un coup de mou à certains moments. Enfin, le climax est peut-être en dessous des attentes.

L'aspect visuel n'est pas quelque chose de véritablement remarquable dans ce film, mais c'est soigné, la mise en scène est classique, mais elle exploite suffisamment bien les beaux décors. Le rendu de l'image est vivide quand il le faut, donnant de belles images. Les scènes d'actions sont bien retranscrites à l'écran, il y a une bonne chorégraphie, les coupures sont bien gérés, et mieux : elles vont véritablement montrer les petites difficultés qu'Enola aura lors de ces scènes. Enfin, certains coups n'hésitent pas être un peu plus violentes que d'accoutumé. Elle redonne une certaine dynamique au film. Dynamique qui sera accompagné par la belle musique de Daniel Pemberton, qui nous livre une composition colorée, collant pleinement à l'image et à Enola.

Enola Holmes, c'est la petite surprise de 2020. Malgré une ambiance assez molle et un manque d'enjeux, le film possède un bon casting, une bonne gestion des personnages, et évite ainsi le traitement habituel des femmes dans les productions actuels. C'est plus que regardable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 710 fois
2 apprécient

Autres actions de LucasCR Enola Holmes