Parce que c'est troop meuuuugnoooon

Avis sur Epic : La Bataille du royaume secret

Avatar Scaar_Alexander
Critique publiée par le

Note réelle : 6.5/10.

L'auteur de ces lignes ne comprend pas vraiment le traitement parfois catastrophique dont souffre Epic (passons sur la crétinerie du titre, ils l'ont choisi, ils l'ont choisi). On peut ne pas avoir été transporté par un tel film, mais le descendre en flammes revient à battre à coups de pompe à vélo un adorable chiot sous prétexte qu'il n'aurait pas réussi à attraper au vol TOUTES les baballes. Oui, oui, voilà ce qu'est Epic, pour l'auteur de ces lignes (j'ai dit passons sur le titre). Un chiot un peu gauche, mais trop meugnon, et plein de bonne volonté. Alors why ? Ouaille ? Si la SPA ne monte pas au créneau, votre serviteur endossera vaillamment ce rôle.

Déjà, inscrivons dans les tables de la loi l'argument-massue principal du film, que seuls quelques kamikazes neurasthéniques se permettront de critiquer, soit sa gueule : la gueule d'un des plus beaux films d'animation conçus à ce jour, pas seulement grâce à la qualité de sa photographie, de ses textures, ou de son animation somptueuse, mais aussi grâce à son character design (intégré à un ensemble dont l'identité visuelle n'est pas très prononcée, il faut le dire). On n'avait par exemple pas vu de personnage féminin aussi ravissant que Mary Katherine depuis Raiponce et son héroïne aux cheveux magiques. Bref, c'est canon à voir.

On devine alors que les critiques visent la substance du film, ou plutôt sa prétendue absence de substance. Indéniablement, on a vu plus original (en gros, c'est un mix de Chérie J'ai rétréci les Gosses, 1001 Pattes et Arrietty). L'histoire d'Epic n'a rien d'innovant, ce qui la rend assez prévisible. Son bad guy, interprété par le génial Christopher Waltz, n'a hélas pas été suffisamment travaillé, et souffre de la comparaison avec la diabolique sauterelle Spacey de 1001 Pattes, ce qui n'aide pas vraiment la dramaturgie. Par ailleurs, le film a un peu trop recours à son duo comique de service, composé d'une limace et d'un escargot aussi idiots que burlesques. D'une part, sur le plan de l'écriture, le duo est un peu à l'image de ses deux personnages : veut bien faire, mais loupe son effet la moitié du temps... en partie car on a vu bien mieux ailleurs, avant. D'autre part, l'utilisation systématique de ce qu'on appelle aux USA le "comic relief" (quota humoristique) peut être expaspérant : pourquoi ne pas se contenter des personnages que l'on a déjà (en l'occurence, MK, Nod et Ronin), et leur faire dire occasionnellement des choses rigolotes ? Malgré les quelques bonnes blagues sortant du lot ("tout le monde sous sa coquille !"), ce côté formulaïque distrait le public du sujet, et peut rebuter les moins patients.

Pour autant, et à condition de laisser son cynisme au vestiaire, on peut se laisser enchanter par le programme d'Epic, petit conte écolo sur l'accomplissement personnel, l'importance de la foi, de l'écoute au sein d'une famille, etc. (on pense notamment à la peinture de la relation père/fille, dont on pouvait craindre le sous-développement, mais qui se révèle au final joliment écrite). Malgré son inoffensivité, il sait emporter l'audience là où il veut, grâce à l'énergie adolescente de son scénario sans temps mort, et à la réalisation solide de Chris Wedge, qui compense le manque d'originalité de l'univers d'Epic en se montrant redoutablement efficace dans les scènes de bataille (notamment l'excellente première), comme dans l'excellente "scène d'intérieur", où l'héroïque trio doit survivre aux menaces domestiques, comprenant un bouledogue anglais qui, aux yeux de Mary Katherine, passe d'adorable bestiole poilue à monstre babylonien... ou quand l'aventure conjugue une action spectaculaire, plusieurs challenges à la fois (survivre, échapper à la surveillance du père-géant, tout en l'avertissant), et un excellent comique de situation. Mention à la jolie bande originale de Danny Elfman, pas seulement inspirée dans les scènes plus sombres.

La qualité des performances était une condition sine qua non pour sauver les meubles : Colin Farrell s'en sort bien mieux que prévu dans un rôle qui semblait à la base un peu trop musclé et martial ; le jeune Nod assure le numéro de charme étudiante comme Zachari Levy l'avait fait dans Raiponce (en mieux, certes), Christopher Waltz sauve le bad guy Mandrake (!) de la morosité (fût-elle machiavélique), et surtout... Amanda Seyfried brille en petite reine du bal, en parfaite adéquation avec son personnage. Avec ses grands yeux ultraexpressifs et sa bouille de hamster germanique, elle avait tout d'un cartoon sexy en diable ; Epic lui donne l'occasion de confirmer cet effet avec une voix qui semble avoir été conçue pour ce genre de films. Pour finir, une bonne dose de sucre a été cassée sur le dos de la diva r'n'b Beyoncé Knowles, dont la performance dans le rôle de la reine a été fort critiquée. Avait-elle le niveau ? Pas vraiment. Est-ce suffisant pour ruiner le film, alors qu'elle apparait cinq minutes à tout casser ? Certainement pas. Par ailleurs, elle se rattrape un peu dans le générique de fin avec son excellent single Rise Up, soit le premier titre de la chanteuse que votre serviteur trouve à son goût ! Et puis, il y a Steve Tyler, à la fin. Si ça, c'est pas rock n' roll.

En résumé, en dépit de son manque d'originalité et de ses quelques fautes de goût, Epic est un petit spectacle qu'il est bon d'apprécier dans le confort de son home cinéma chaud et accueillant, de préférence en famille mais ce n'est qu'une option. Avec un peu de chance, il vous donnera envie d'acheter un chien. Bon, ça va être coton d'en trouver un à trois pattes, mais à quoi sert un coeur de grand enfant sinon à cela ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 342 fois
3 apprécient

Scaar_Alexander a ajouté ce film d'animation à 1 liste Epic : La Bataille du royaume secret

  • Films
    Cover Mes sorties ciné 2013

    Mes sorties ciné 2013

    Ou plus précisément : mes sorties ciné "mainstream", essentiellement limitées à l'agenda des sorties nationales, excluant donc...

Autres actions de Scaar_Alexander Epic : La Bataille du royaume secret