film pour hygiénistes.

Avis sur Epic : La Bataille du royaume secret

Avatar _ni_
Critique publiée par le (modifiée le )

Je passerais outre l'aventure de l'adolescente qui découvre un monde miniature dans la forêt et se retrouve au beau milieu d'un conflit entre les hommes-feuilles et les Boggans.

Je vais plutôt me concentrer sur ces derniers, les antagonistes, qui nous le savons depuis toutes ces années passées de cinéma, sont le sel d'un film réussi, plus le méchant est bien écrit, mieux le film sera.

Alors, je ne comprend pas comment les scénaristes n'ont pas développé un peu plus les motivations des "méchants", représentés ici par la pourriture, ils sont moches et répugnants. Tout ce qu'ils veulent, c'est détruire la jolie forêt verte. Pour la remplacer par les ténèbres. Mais pourquoi ? C'est la question que je me suis posée pendant tout le film. Bon le roi des Boggans veut venger la mort de son fils, c'est une bonne motivation, mais ce décès n'arrive qu'après le début des conflits.

Dans cette catégorie de films "hippies" où la forêt est l'élément central pour conscientiser les plus jeunes à sa beauté, ses bienfaits et sa préservation contre la pollution et sa déforestation, il y a pléthore, par exemple, Pompoko, Avatar. Ces films étaient tout aussi manichéens certes, mais au moins les destructeurs de la jolie forêt étaient mus par la construction de complexes immobiliers et industriels ou par la recherche de minerai ou de source d'énergie, bref pour le pognon, c'est con et simpliste : ça reste clair.

Dans Epic, les pourris vilains Boggans veulent juste tout transformer en désolation grise et moisie : c'est tout aussi clair, mais ce n'est pas juste. Le discours véhiculé par le film est dès le début faux. Il induit les enfants dans l'erreur. La moisissure n'est pas mauvaise. Elle est utile (prenez le fromage bleu par exemple). Ils le disent au début du film, qu'il y a un équilibre entre les 2 mondes. Mais il ne s'agit pas d'un équilibre d'entente, mais d'un équilibre de domination. Soit l'un survie, soit l'autre.

Dans le règne végétale, l'arbre fait pousser ses feuilles, elles tombent en automne, pourrissent sur le sol, nourrissent la terre qui nourrit à son tour l'arbre, pour avoir de belles feuilles vertes au printemps et le cycle continue. La verdure et la pourriture coexistent, se nourrissent l'un l'autre. Biologie niveau primaire.

Dans ce film, rien à foutre, la forêt est toujours verte, la moisissure c'est le MAL, la pourriture c'est dégueu, on l'écarte dans les banlieues de la merveilleuse et magique forêt. Pas de compromis, pas d'alliance possible, c'est la guerre. C'est tout. Les thèmes à la "seigneurs des anneaux" ou à la "Taram et le chaudron magique" avec son maître des ténèbres n'ont pas leur place dans un conte écolo pour sensibiliser les petits à la beauté et la préservation de la flore sur terre.

En parlant rapidement du film et de sa réalisation, ça reste très correcte, la relation père/fille est attendrissante, et on se souviendra particulièrement des scènes de confrontation entre le monde des hommes et celui des miniatures, où le temps n'est pas le même. Le jeu entre le temps dilaté et le temps normal, ainsi que le jeu de point de vue entres les différentes échelles sont très réussis.

Des enjeux foireux, une belle réalisation. 5

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 357 fois
1 apprécie

Autres actions de _ni_ Epic : La Bataille du royaume secret