👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Plus le temps passe et plus l'avenir de l'animation à la française semble se présenter sous les meilleurs auspices. Ernest & Célestine vient confirmer cette tendance, en soulignant ce savoir-faire marqué d'indépendance, d'originalité et de poésie. Le trio Aubier, Renner et Pater nous propose ici l'adaptation cinématographique des héros de livres pour enfants créés par la Belge Gabrielle Vincent.

Le pari était plutôt risqué puisque le public habituel des livres est composé avant tout de très jeunes enfants, il y avait donc de fortes chances que le film ne retrouve que ce public dans les salles. C'était sans compter sur la présence de Daniel Pennac au scénario et aux dialogues, il a su mettre ses talents de pédagogue et d'écrivain pour enfants au service d'une histoire, ou plutôt d'histoires superposées les unes sur les autres sans que cela soit flagrant, chacune d'entre elles étant accessible et destinée à un public différent.

Ernest l'ours donc, vit à la surface à l'écart des autres ours, il est pauvre et a besoin de voler pour subsister. Célestine la souris, vit sous le sol, elle ne croit pas que les ours à qui elle vole leurs dents tombées, sont aussi méchants qu'on le leur apprend. Les événements vont peu à peu rapprocher Ernest et Célestine pour finalement les rendre inséparables. Les enfants trouvent totalement leur compte avec un gros ours mal léché mais si gentil, une petite souris adorable et une histoire universelle d'amitié. Les adultes réfléchissent devant cet appel à la tolérance, tellement frappant lorsque le peuple des souris et celui des ours débitent, les uns sur les autres, des préjugés comme on enfile des perles. Qu'il est par exemple frappant, d'entendre Ernest refuser chez lui la présence de Célestine au prétexte qu'une souris, quand il en vient une, il en vient mille ! S'ajoutent à cela les questions du rapport à l'autorité, de la pauvreté, de la légitimité de voler lorsqu'on meurt de faim, autant de questions qui, en période de fêtes, frappent particulièrement.

L'animation est une réussite visuelle absolue, tout en respectant le graphisme originel des ouvrages, elle vient ajouter un supplément d'âme et de poésie en jouant la carte de l'originalité et de la personnalité. Les décors surtout sont frappants et rappellent clairement les livres pour enfants en oubliant parfois d'occuper tout l'écran, en jouant sur le blanc et le vide. Qu'il est agréable également de constater que certains savent encore faire de la belle aquarelle, les couleurs en ressortent magnifiées et font apparaitrent tous ces petits détails qui font le charme du monde des souris. Ce monde sous-terrain est la plus belle réussite du film, bourré d'imagination et d'humour, il adapte à merveille les us et coutumes des hommes aux possibilités et aux caractéristiques des souris.

Au final, Ernest et Célestine est une merveille de poésie, d'imagination et d'humour, il transcende les thèmes qu'il aborde de la plus belle des manières, celle de l'imagination. Sans prétendre atteindre son niveau, il se place dans la lignée d'une oeuvre comme Le Petit Prince, une oeuvre universelle, accessible à tout âge et que l'on redécouvre à chaque fois.
Jambalaya
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 9 ans

53 j'aime

9 commentaires

Ernest et Célestine
socrate
9

A dévorer à pleines dents !

Pour tout dire, je ne savais rien de ce film avant d’aller le voir, je craignais une histoire un peu gnangnan pour bambin à peine sorti du babillage. Bref, j’y allais surtout pour accompagner la...

Lire la critique

il y a 9 ans

128 j'aime

22

Ernest et Célestine
Jambalaya
8

Un roman d'amitié.

Plus le temps passe et plus l'avenir de l'animation à la française semble se présenter sous les meilleurs auspices. Ernest & Célestine vient confirmer cette tendance, en soulignant ce savoir-faire...

Lire la critique

il y a 9 ans

53 j'aime

9

Ernest et Célestine
Alexandre_Bainé
10

... C'est mignon

C'est bien connu l'amour à deux, c'est bien. L'amour à trois, c'est mieux. Et comment ne pas être plus comblé avec ce plan à trois sorti tout droit de la tête de Stéphane Aubier, Vincent Patar et...

Lire la critique

il y a 7 ans

51 j'aime

42

True Detective
Jambalaya
9

Les Enfants Du Marais

True Detective est un générique, probablement le plus stupéfiant qu’il m’a été donné d’admirer. Stupéfiant par les images qu’il égraine patiemment, images d’une beauté graphique rare, images sombres...

Lire la critique

il y a 8 ans

151 j'aime

15

The Truman Show
Jambalaya
9

Quand la vie de Truman capote...

The Truman Show, un film touché par la grâce, de son réalisateur Peter Weir d'abord, qui a rarement été autant au sommet de son talent depuis, de Jim Carrey ensuite, qui a fait taire avec ce film,...

Lire la critique

il y a 8 ans

143 j'aime

16

Le Monde de Charlie
Jambalaya
10

Charlie's Angel

Voici une œuvre miraculeuse, d’une justesse dans les sentiments et les émotions adolescentes qui m’a ramené vingt-cinq ans en arrière. A cette époque, se trouver une identité revenait à les essayer...

Lire la critique

il y a 8 ans

140 j'aime

27