Drôle mais un peu puant.

Avis sur Escrocs mais pas trop

Avatar Jean-Mariage
Critique publiée par le

Woody Allen effectue ici un retour en arrière, retour à l'époque des comédies un peu loufoques comme Prend l'oseille et tire-toi. À l'encontre de son image habituelle, il y tient le rôle d'un petit escroc minable, Ray, sans aucune culture et anti intello au possible ! Le film, dont le titre est très mal traduit en français, le titre anglais signifie plutôt « escrocs à la petite semaine », comprend deux parties assez différentes, les acteurs étant d'ailleurs en grande partie eux-mêmes différents. La première, très réussie, met en scène l'organisation d'un casse ou, naturellement, du fait de la bêtise et de l'incapacité des casseurs, dont Ray est le « cerveau », tout va de travers. Dans la deuxième partie où, par le plus grand des hasards, nos escrocs minables sont devenus richissimes et dirigent une grande entreprise, Frenchy (Tracey Ullmann) la femme de Ray, veut se « cultiver » pour être à la hauteur de sa nouvelle situation. Elle se mêle alors aux riches amateurs d'art, milieu qui est décrit comme particulièrement puant et ridicule, et prend un « professeur de bon goût et de bonnes manières » (joué par Hugh Grant, plus tête à claques que jamais). Évidemment, cela échoue lamentablement aussi et le distingué professeur se révèle être une crapule sans scrupule. La morale de cette deuxième partie serait qu'il vaut mieux se contenter d'être ce qu'on est plutôt que de s'emmerder à être ce qu'on n'est pas. Le film est assez divertissant mais peut néanmoins laisser une sensation de malaise. Brocarder le snobisme d'un certain milieu culturel est légitime. Cependant, il me semble que le film va plus loin et tourne à une démagogie peu ragoûtante, une sorte de revanche de la « culture » populaire des États-Unis contre l'élitisme culturel européen. Ce n'est sans doute pas un hasard si ce film est un des plus gros succès de Woody Allen aux États-Unis, alors que certains de ses films bien meilleurs n'ont pas séduit le « grand public ». Finalement, il faut tout de même mieux manger des boulettes de dinde à la sauce tomate en regardant des conneries à la télé plutôt que des cuisses de grenouilles et d'aller s'emmerder à l'opéra. On peut légitimement en douter !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 163 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Jean-Mariage Escrocs mais pas trop