Inconscients !

Avis sur Eternal Sunshine of the Spotless Mind

Avatar Wykydtron IV
Critique publiée par le

J'avais déjà vu Eternal sunshine of the spotless mind (c'est la dernière fois que j'écris le titre en entier) il y a quelques années, mais là j'avais envie de voir un film déprimant, avec un brin de romance, alors celui-ci m'est revenu à l'esprit.

Eternal sunshine c'est, notamment, le film romantique avec Jim Carrey, en personnage limite dépressif. Paradoxalement, son aigreur m'amuse là aussi. "Sand is overrated, it's just small rocks". C'est aussi parce qu'il y a du vrai dans ce qu'il dit, malgré quelques propos dignes d'un ado mal dans sa peau. J'ai aimé le "Why do I fall in love with every woman I see who shows me the least bit of attention ?".
Le film veut se donner un air anti-comédie-romantique, mais au final, il nous sert les mêmes mensonges : Joel croise le regard de Clementine dans un diner, puis elle lui fait des coucous insistants sur le quai d'une gare alors qu'ils ne sont pas censés se connaître. Ok, on veut nous dire que Clementine est une fille loufoque, etc, il y a même une musique décalée et plutôt agaçante lors de leur première scène de dialogue, pour bien insister là-dessus, mais bon... personne ne se comporte ainsi ! C'est pas la vraie vie, c'est le fantasme de Gondry, lui et son univers un peu fou-fou.
Clementine vient juste de rencontrer Joel mais elle le fait venir chez elle, se rapproche de plus en plus de lui physiquement, lui dit qu’ils vont se marier, et elle fait des plans pour un future pique-nique, … Normal.
Ellipse. Rupture, dont les répercussions émotionnelles sur Joel m’ont un peu fait bobo au cœur. Tout le monde a vécu au moins un rejet amoureux, tout le monde voudrait oublier la douleur (et des fois, la seule solution, c’est le suicide ! Mais ça c’est une autre histoire), et les scénaristes ont eu l’idée assez futée d’inventer une société qui fait ça, effacer de la mémoire de leurs clients l’être aimé. C’est un business, avec même des offres promotionnelles.
La plupart des gens, moi y compris en fait, doivent y voir quelque chose de pas très éthique, mais je pense que si je pouvais je ferais appel à leurs services sans aucun remords. Même si, bon, on dirait qu’ils sont pas totalement au point : ils préviennent tous les proches du couple qu’une des deux personnes a effacé l’autre de sa mémoire… mais ils ne préviennent pas la personne "effacée" ? Absurde !

Bref, pour oublier Clementine, Joel se fait tripoter le cerveau. Ca permet à Gondry de se livrer à ses délires visuels, puisque le personnage principal explore ses souvenirs en même temps qu’ils sont détruits. Au moins ici, les expérimentations visuelles sont justifiées, pas comme dans L’écume des jours.
Il faut l’avouer, il y a des idées pas mal, comme quand Joel suit sa copine dans la salle de bain, ne la voit pas, puis la retrouve dans la cuisine, comme si son cerveau avait fait le lien entre deux bouts d’un même souvenir, en oubliant le milieu.
Quelques effets en revanche sont complètement gratuits, comme cette voiture qui chute du ciel.
L’idée de découvrir les souvenirs de Joel au fur et à mesure qu’ils sont effacés est originale, mais le problème c’est que je n’ai trouvé intéressant aucun des moments qu’il a partagé avec Clementine. J’ai l’impression que beaucoup de scènes n’exprimaient rien de nouveau, que le film ramait, et ce n’est pas seulement le cas pour les souvenirs de Joel mais aussi pour ce qui se passe autour de lui alors qu’il dort. Combien de fois doit-on nous montrer les techniciens bosser ou… danser sur le lit en sous-vêtements ?
C’est mou, on croirait être dans la même léthargie que Joel ; à mon goût, une bonne quinzaine de minutes aurait pu être virée du montage.

Joel et Clementine auraient pu vivre sans problèmes en n’ayant plus aucun souvenir l’un de l’autre, mais ce n’est pas le genre de morale qu’il faut servir, du coup le message du film c’est que l’amour des personnages principaux est si fort qu’ils refusent de s’oublier complètement, même si on a effacé leurs souvenirs.
Eternal sunshine ne nous montre pas, volontairement, les raisons de la rupture entre les deux héros, mais peut-être qu’ils avaient de très bonnes raisons ! A la fin du film, le couple est en cours de reformation, on est censé se dire que c’est beau, mais non, qu’est-ce qui va empêcher leur relation de foirer à nouveau ? Le fait de savoir que ça a foiré par le passé ? Fichtre, non !
Le film ne laisse même pas les personnages aller de l’avant, il les replace dans une situation qui leur a nui.
Et il y a ce personnage, Mary (attention, spoiler), qui agit en véritable connasse en révélant à tous les patients ce qu’ils ont fait, leur rappelant ainsi leurs douloureuses histoires de couples qu’ils ont voulu oublier. Elle pense faire du bien ainsi ? Mais qu’elle les laisse vivre en paix !
Ensuite il y a cette scène complètement conne où les deux héros écoutent une cassette où l’un dit tout le mal qu’il pense de l’autre ; je ne comprends pas pourquoi aucun des deux ne se sent suffisamment gêné pour arrêter l’écoute, ou ne se dise que continuer l’écoute va forcément nuire à cette relation qu’ils croient seulement débuter ?
Et en plus de ça, par la suite, ils veulent quand même se remettre ensemble ; mais ils croient quoi ? Je devrais les baffer… si je pouvais.
Cette fin n’est pas une note d’espoir, au contraire, elle semble vouer les personnages à l’échec, et en plus ils vont droit dans le mur avec le sourire !

Bon, inutile de préciser que j’ai beaucoup moins apprécié ce film lors de ce revisionnage.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4200 fois
27 apprécient · 30 n'apprécient pas

Autres actions de Wykydtron IV Eternal Sunshine of the Spotless Mind