Affiche Europe 51

Critiques de Europe 51

Film de (1953)

Europe 51 (1953)

Il s'agit d'un film néoréaliste tourné en noir et blanc. Le film dure presque 2 heures et il est d'une grande intensité. Irène est l'épouse d'un grand industriel, elle est aussi la mère d'un jeune garçon Michel. Ce dernier ne manque de rien mais il est en souffrance, il aimerait que sa mère s'occupe de lui. Irène ne perçoit pas bien les signaux que lui adresse Michel et ce dernier fait une... Lire l'avis à propos de Europe 51

11
Avatar greenwich
9
greenwich ·

Rossellini parmi les Hommes

« Europa 51 » est à la fois une épreuve et un bonheur pour le cœur. Cela se passe à Rome, une femme, bourgeoise, vit à travers ses mondanités et autres réceptions pour lesquelles il est urgent qu’elle se change attendu qu’elle a été retardée sur son trajet par des grèves. Et elle a donc si peu d’oreille et de temps pour écouter son garçon de 11/12 ans, Michel. Le drame... Lire la critique de Europe 51

5 1
Avatar cinevu
10
cinevu ·

Mater Dolorosa.

Et bien, sublime. A ma grande surprise ce film transcende largement les codes du néo-réalisme traditionnel, en faisant de l'héroïne une martyre sociale et christique parfaitement incomprise d'un monde plongé en pleine après-guerre (mais qui pourrait parfaitement être le nôtre) où les hommes sont tous pleutres : le prêtre agitant l'étendard du devoir conjugal pour refréner l'Agapé de... Lire l'avis à propos de Europe 51

4
Avatar Mystagogue
9
Mystagogue ·

Critique de Europe 51 par Zogarok

Dans Europe 51, Rossellini met en scène une icône mal raccordée avec les clivages de son temps (catholique, communiste, capitaliste), s'en affranchissant pour traiter des questions politiques, sociales et économiques à sa petite échelle, humaine. Ingrid Bergman incarne une bourgeoise dont le fils meurt des complications liées à sa tentative de suicide. Elle réalise l'artificialité de son... Lire l'avis à propos de Europe 51

4
Avatar Zogarok
7
Zogarok ·

Vers la lumière.

Quand Allemagne, année zéro se ferme sur le suicide d’un enfant, Europe 51 choisit son exact contrepoint, en s’ouvrant sur icelui. Ou presque : Lors d’une réception mondaine, las que sa mère le laisse de côté pour ses invités, le fils d’un couple bourgeois se jette dans les escaliers. La chute est mauvaise mais pas mortelle, c’est une embolie qui l’emporte, dans la nuit, à l’hôpital. Il faut... Lire l'avis à propos de Europe 51

Avatar JanosValuska
7
JanosValuska ·

Critique de Europe 51 par Ygor Parizel

Pour moi ce Europe '51 est le meilleur long-métrage de Roberto Rossellini (enfin de ceux que j'ai vu). Le film dresse la trajectoire d'une grande bourgeoise américaine vivant dans le luxe jusqu'au jour ou un drame familial remettra en cause ses valeurs. À travers ce récit d'une femme, l'auteur aborde des thèmes qui sont récurrents dans son oeuvre, sans misérabilisme et avec une vision cynique... Lire l'avis à propos de Europe 51

Avatar Ygor Parizel
9
Ygor Parizel ·

La haine que j’ai pour moi…

Je ne suis pas très à l’aise avec Europe 51 et pas seulement parce que le DVD proposé par Tamasa diffusion est d’une piètre qualité, très au dessous de la moyenne, avec une image souvent floue et de brusques variations d’éclairage ; on peut toutefois passer là-dessus, en le regrettant. Et si j’accroche moins , ce n’est pas de la faute d’Ingrid Bergman, que je n’ai jamais... Lire la critique de Europe 51

1 2
Avatar Impétueux
6
Impétueux ·

Critique de Europe 51 par Maqroll

C’est le deuxième film de Rossellini tourné avec Ingrid Bergman en vedette, après Stromboli. Elle y joue le rôle d’une mère mondaine, superficielle et égoïste qui aura besoin de la mort en forme de sacrifice de son fils pour devenir aimante de l’humanité… qui n’a alors d’autre ressource que de l’étiqueter comme folle et de l’enfermer à vie dans un asile psychiatrique. La critique de la... Lire la critique de Europe 51

1
Avatar Maqroll
8
Maqroll ·