Avis sur

Evil Dead 3 : L'Armée des ténèbres par Nicolas Montagne

Avatar Nicolas  Montagne
Critique publiée par le

Après Evil Dead 2, Sam Raimi pouvait difficile revenir dans un terrain plus sérieux comme l'était celui du premier film. Finie donc l'horreur, il fallait poursuivre dans quelque chose de plus drôle. Et vue la fin du deuxième opus et donc le point de départ du troisième, le ton ne pouvait décidément être que celui de la franche rigolade: un héros plongé au Moyen-Âge et confronté à des créature complétement grotesques.

Cependant, Sam Raimi renie presque son bébé ici puisque la mythologie des démons de Kandahar prend une toute autre direction: les créatures avançant rapidement et de manière invisibles sont presque absentes du film et les monstres explicites sont légion. C'est d'ailleurs le cas de le dire puisque la seconde partie du film prend réellement des allures de Donjons et Dragons mixé avec l'attaque du gouffre de Helm dans Le Seigneur des Anneaux de Tolkien. Une armée de morts (comme le précise le sous-titre) qui ne cesse d'avancer pour finalement donner au film des allures d'arnaque.

Et si le fan est toujours ravi de retrouver Ash, il ne peut qu'être déçu par tant de laxisme et d'exagération de la part du cinéaste, d'autant que la mise en scène n'est clairement plus à la hauteur du potentiel de la série. Finies les trouvailles complétement incroyables et les effets de maquillages proprement bluffantes, les moyens (même faibles) dont bénéficie Raimi semblent complétement effacer la personnalité de la série. Un peu comme si cette saga ne pouvait trouver son parfait aboutissement que dans l'utilisation des moyens du bord.

Cependant, en considérant le film dans son idiosyncrasie, il demeure un bon film, complémentement fou certes, mais un bon film quand même.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 263 fois
Aucun vote pour le moment

Nicolas Montagne a ajouté ce film à 3 listes Evil Dead 3 : L'Armée des ténèbres

Autres actions de Nicolas Montagne Evil Dead 3 : L'Armée des ténèbres