👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La dystopie dans laquelle s'inscrit Fahrenheit 451 a de quoi horrifier l'ensemble de la communauté SC. Pensez donc : ici, les livres, on ne les lit pas. On les brûle. Sans autre forme de procès, sinon celui du malheur du peuple.

L'autodafé funeste est quotidienne et se célèbre à la tonne de papier réduit en cendres. Comme chez les révolutionnaires et les nazis. Tiens, d'ailleurs, le nom du personnage principal, traditionnel grain de sable destiné à gripper le système, n'est pas innocent. Montag est un pompier d'un nouveau genre au sein d'une société déshumanisée, privée de sa mémoire et de son identité.

La dénonciation anonyme est monnaie courante. La triste Histoire se répète. Comme ce qu'on cache des autorités, d'une étrange et oppressante police de la pensée anesthésiée. Car il s'agit bien d'anesthésie, après tout.. A l'image de l'épouse de Montag, évanescente, hypnotisée, préférant se planter devant un mur écran à un dialogue de toute façon des plus limités. Un peu comme dans Rollerball, dans une thématique voisine.

Tout cela sous couvert d'une égalité stricte au détriment de la liberté de penser. Tout cela sous couvert d'un bonheur en mode unique et morne, à l'image de ces blocs de béton ou des alignements parfaits de ces habitations répétées à l'identique. Toute attitude dissidente est condamnée, toute liberté asservie. L'amorphe est la norme.

Le monde dépeint par Fahrenheit 451 est à ce point suffocant que le film en adopte la vision. Car si le film n'ennuie pas, il se montre cependant volontiers lancinant dans son atmosphère, entre le domicile de Montag, sa caserne et les multiples plans du métro aérien qu'il emprunte. Tandis que son aspect doucement rétro futuriste paraîtra immédiatement daté, comme ces actualités qui nous donnaient à rêver de l'avenir à la fin des années 60. Mais le plus important, dans Fahrenheit 451, n'est pas là.

Car François Truffaut filme la prise de conscience d'un homme, qui ouvre les yeux sur sa place dans la société et sa fonction d'asservissement, sa qualité d'agent du déracinement d'une civilisation désincarnée de ses origines et de son passé dans un futur dangereusement normalisé ; où la pluralité et les mots ne sont perçus que comme des menaces et les causes du malheur. Au prix d'images magnifiques de colle de reliure qui bouillonne, de couvertures d'ouvrages qui se gondolent ou de pages qui dansent sous les flammes et qui s'animent une dernière fois en prenant le forme de volutes, le réalisateur s'affranchit des mots pour illustrer la perte inestimable de cette multiplicité de voix et de conceptions, de thèmes et de visions de l'existence...

Avant de les rallier à sa cause en parlant de transmission. En remontant aux origines humaines et sa tradition orale. En réaffirmant la place prépondérante de l'héritage et de la mémoire. Loin des carcans d'une pensée unique et pourtant terriblement proche de l'aculture hyperconnectée.

Fahrenheit 451, par certains de ces aspects, est donc loin de la dystopie...

Behind_the_Mask, pompier pyromane.

Behind_the_Mask
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Une année au cinéma : 2017

il y a 4 ans

18 j'aime

3 commentaires

Fahrenheit 451
Behind_the_Mask
8

Des livres-nous du mal

La dystopie dans laquelle s'inscrit Fahrenheit 451 a de quoi horrifier l'ensemble de la communauté SC. Pensez donc : ici, les livres, on ne les lit pas. On les brûle. Sans autre forme de procès,...

Lire la critique

il y a 4 ans

18 j'aime

3

Fahrenheit 451
Hybu
9

Critique de Fahrenheit 451 par Hybu

Avant de l'avoir vu, j'avais eu d'assez mauvais échos sur ce film, déjà parce que généralement il ne plait pas aux fans de Truffaut, normal ça n'a rien à voir avec la nouvelle vague, pas d'Antoine...

Lire la critique

il y a 11 ans

14 j'aime

1

Fahrenheit 451
bidulle3
6

Critique de Fahrenheit 451 par bidulle3

C'est un film assez étrange. Farhenheit 451 ne ressemble à aucun autre long-métrage de son réalisateur, c'est une oeuvre intéressante, presque passionnante part moment, mais qui vieillit terriblement...

Lire la critique

il y a 9 ans

12 j'aime

1

Avengers : Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un...

Lire la critique

il y a 4 ans

198 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez...

Lire la critique

il y a 4 ans

184 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8
Logan

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

Lire la critique

il y a 5 ans

171 j'aime

23