Chronique d’un fait d’hiver

Avis sur Fargo

Avatar Jekutoo
Critique publiée par le

Fargo est en un sens un film complet, en ce que ses divers éléments forment un tout cohérent et réfléchi.
Son ambiance est intimement lié avec son cadre spatial, lequel forge au moins en partie ses personnages.
Et quels personnages !

Des loosers en veux-tu en voilà, des désabusés, qui n’ont plus la force ni l’envie de lutter.
En cela, les deux voyous qui exécutent les ordres, principaux antagonistes agissant du film, semblent pathétique, et représentent une menace en ce qu’ils sont imprévisible et armé, donc dangereux.
Le « cerveau » derrière cela, est tout autant pathétique, par ses décisions et ses non-actions, l’absence de décision.
Pourtant, ces personnages, profondément humains, paraissent tout à fait crédible et le panneau initial « inspiré de faits réels » ne semble pas si improbable…
Bien que totalement faux.
Et au milieu de tout cela, une policière.
Une policière qui parvient à sublimer principalement un aspect du film : l’humour.

Frances McDormand livre une performance exceptionnelle. Parvenant à rendre son personnage très humain et sympathique en grande partie parce qu’elle est drôle.
Certes, le film est dans son ensemble drôle et au rythme comique maîtrisé ; cependant, cette policière sort du lot.
Seul personnage véritable positif et non-atrophié du film, elle apparaît comme lumineuse, sans pour autant faire retomber la tension dramatique.

Mais Fargo, ce n’est pas qu’une galerie de très bons personnages qui ont tous un rôle a joué, , c’est surtout un cadre qui donne lieu à une mise en scène millimétré, élégante, poussant le polar vers des horizons nouveaux.
Et ce blanc. Cette neige est à elle seule fondatrice d’une réussite visuelle et narrative : celle d’une rencontre.
La rencontre d’un blanc immaculé, d’une beauté vierge et d’une pureté magnifié et de meurtres froids comme la neige mais sanglant venant briser cette harmonie.
Le cadre, c’est aussi celui des frères Cohen, un cadre affuté et assurément très pudique.
Il se dérobe pour mieux mettre en valeur, s’immisce là où il ne devrait pas et reste là quand notre regard voudrait fuir.

Fargo a le mérite de présenter des perdants, ceux qui n'ont plus grand chose à perdre tant la fadeur de leur vie semble une fatalité.

Ainsi, Fargo atteint une universalité.

Pas l'universalité chiante et prétentieuse, loin de là mais celle du désespoir palpable, du quotidien cruel et inexorable, de la moiteur d'une mort proche.

Fargo c’est une réalisation élégante et des acteurs qui excellent. Fargo c’est une référence.

8, noir c'est noir/10

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 135 fois
1 apprécie

Jekutoo a ajouté ce film à 1 liste Fargo

  • Films
    Cover 1 film par jour en 2018

    1 film par jour en 2018

    Avec : Baby Driver, Jumanji : Bienvenue dans la jungle, Sympathy for Mister Vengeance, Tout l'argent du monde,

Autres actions de Jekutoo Fargo