Faste & Obvious

Avis sur Fast & Furious 7

Avatar Veather
Critique publiée par le

À l'attention des lecteurs :

Le texte qui va suivre est minable et totalement gratuit, parce que ma vie n'est pas terrible en ce moment. Merci de votre compréhension.

En regardant ce film, je n'ai pu m'empêcher de penser à une catégorie de gars. Ceux qui mettent leur musique à fond dans leur voiture les vitres ouvertes en été, ou sur leur portable dans les transports en public, et qui rient au nez de la femme qui leur demande de baisser le son parce que ça fait pleurer son bébé. Ces mêmes gars qui font des tractions avec les barres du métro, qui se baladent en jogging h24 sauf quand ils sortent le costume kiabi pour aller en boîte ou a un mariage, vont à la salle de muscu pour se sculpter un corps -mais le font mal et se retrouvent avec des corps de bouée canard veineuse boursouflée. J'aime ce mot : « boursouflé ».

Je me suis dit : c'est bien ce genre de gars qui doit adorer ce genre de film. Surtout durant le passage à Abu Dhabi, qui réunit toute l'essence de ce que je déteste dans Fast & Furious, et plus encore que je déteste dans notre société ; le tout filtré et retravaillé pour paraître le plus propre et le plus rutilant possible. Car il s'agit bien de cela au final: briller.
Dans cette scène où l'équipe infiltre une fête VIP, nous avons droit à :

-La musique criarde, du style de celles que l'on entend à fond dans les voitures des gars en question.
-Les plans au ralenti de l'équipe en tenues chic.
-Tous les figurants correspondants aux critères de beauté actuels, pas UN SEUL qui s'en démarque (mais ça c'est durant tout le film, de toute façon).
-Et bien sûr, comble de la beaufitude, le combat entre femmes en talons aiguilles, qui en plus d'être aussi mal chorégraphié que chaque scène d'action du film, n'est là que pour exciter le mâle bêta.

Là, si j'étais à votre place, ben forcément je serais d'accord avec moi, vu que ce serait moi et pas vous, mais comme j'ai l'esprit de contradiction, je me dirais :

« Eh dis donc espèce d'intello de mes deux, ton dédain et ta condescendance, tu peux les garder pour toi hein, si y'en a que ça fait bander un peu de paillettes, de belles caisses, de gros muscles et de filles en bikini, bah laisse les kiffer le temps d'un film, quoi »

Ce à quoi je me répondrais :

« Alors déjà, t'as dit « kiffer » et je déteste ce mot autant que ces aspects de F&F, même si ce mot, de toute évidence, je l'emploie assez souvent malgré moi. Et puis avant de m'agresser, finis de lire ma critique, c'est la moindre des corrections »

Car si ce film est factice et léger, je n'ai rien contre la facticité ou la légèreté au cinéma, bien au contraire. Elle peut-être à mes yeux tout aussi valable qu'un film réfléchi et réaliste.
À ce propos, F&F 7, à l'instar de ses prédécesseurs, va toujours plus loin dans l'exagération. Ce parti pris n'est pas pour me déplaire : perso, voir Jason Statham se battre avec Vin Diesel à coups de barres de fer, voir des voitures de luxe voler dans tous les sens en faisant un gros doigt à Isaac Newton au passage, ou encore, et là c'est sûrement ce que j'ai préféré dans tous le film, voir Dwayne Johnson briser son plâtre d'une simple flexion du biceps...
EH BEN J'AIME ÇA. J'aime ça comme j'aime jouer à Broforce, regarder Expendables, etc.
C'est une forme d'exagération qui me fait marrer et me divertit volontiers. Je suis donc loiiin de dénigrer ce style de spectacle, mais bordel ça n'excuse pas tout. Ça n'excuse pas le casting basé uniquement sur le physique, par exemple. Ni l'esthétisation injustifiée des favelas, comme ils l'ont fait dans le cinquième opus, etc.

Donc oui je trouve que la licence Fast & Furious a tout pour rendre les gens stupides, et surtout leur vendre du rêve de richesse, leur vendre le culte de l'apparence au lieu de leur montrer des formes de beauté qui ont vraiment un sens. Et c'est pourquoi je ne peux tout simplement pas apprécier pleinement un film comme celui-là, qui malgré sa forme rigolote, détient un fond que je trouve carrément vicieux.
Surtout qu'on sait très bien que s'ils continuent la saga, c'est uniquement parce que ça fait des entrées.

Mais oui c'est quand même amusant à regarder.

Bon ok, je l'ai vu bourré.

Enfin, je citerais Vin Diesel Alias Dom:

« Uuuurgh Famille, Uuuuurrrgh, Pas content, Areeeeuueuuh Famille, Brroooooh Il est là où il doit être... UEEUEEUEUURGH Voituuure. »

Un bel hommage à Paul Walker. R.I.P.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 741 fois
57 apprécient · 5 n'apprécient pas

Autres actions de Veather Fast & Furious 7