👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Father Figures" est un film qui ne surprendra personne - hormis dans sa conclusion que l'on n'aura pas vu venir et qui doit probablement être la raison de son existence, à une époque où ce genre de comédie de moeurs n'a plus vraiment de public ni donc de raison d'être : l'enchaînement des stéréotypes au cours de cette recherche du père (comme seule capable de donner un sens à la vie de nos héros...) est étonnante, conférant au parcours "psychologique" des personnages une banalité improbable que les scénaristes essaient de cacher derrière des incidents vaguement farfelus. Rien donc de bien enthousiasmant en soi dans ce film qu'on a le sentiment d'avoir vu mille fois déjà, même si le twist final permet d'en sortir avec une jolie impression de fraîcheur.

Et pourtant, je ne peux nier le plaisir que j'ai pris à regarder "Father Figures", un plaisir même pas honteux : le plaisir de voir interprétées par des acteurs sympathiques (Wilson et Helms), voire même excellents (Glenn Close, JK Simmons ou Christopher Walken, un beau casting quand même !), des situations joliment farfelues ou doucement touchantes, dans une sorte de tradition (désormais presque artisanale...) d'un cinéma qui se souciait de parler de nous, quitte à emprunter sans vergogne des raccourcis simplificateurs permettant d'accrocher le grand public.

Oui, à bord de ce vol transatlantique inconfortable qui me ramenait vers ma famille, et après avoir vainement tenté (j'ai tenu 10 minutes) de m'intéresser aux effets digitaux et aux injonctions grandiloquentes de "Black Panther" sur un écran de 15 cm sur 10, "Father Figures" m'a fait verser ma petite larme - sans doute l'effet du manque d'oxygène - et rire de bon coeur trois ou quatre fois. Penser à mon papa et ma maman, à ma femme et mes enfants que j'aime. Et me souvenir que, quelque fois, on n'en demande pas plus au cinéma : un peu d'humanité, un peu de confort de l'âme.

[Critique écrite en 2018]

EricDebarnot
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 3 ans

1 j'aime

3 commentaires

Father Figures
Fatpooper
6

Des papas et deux jumeaux

Sympa à regarder. L'intrigue sent le réchauffé dès la lecture du pitch mais c'est pas trop grave ; disons qu'il y a de bons gags, des situations exploitées à fond. Les personnages sont assez peu...

Lire la critique

il y a 4 ans

1 j'aime

Father Figures
EricDebarnot
6

Le confort des stéréotypes

"Father Figures" est un film qui ne surprendra personne - hormis dans sa conclusion que l'on n'aura pas vu venir et qui doit probablement être la raison de son existence, à une époque où ce genre de...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime

3

Father Figures
Sarah0607
6

Agreable moment

On passd un agréable moment devabt5cette comedie. Cela parle des relations familiales, des secrets de famille. Moments de detente

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

Moi, Daniel Blake
EricDebarnot
7

La honte et la colère

Je viens de voir "Moi, Daniel Blake", le dernier Ken Loach, honoré par une Palme d'Or au dernier festival de Cannes et conspué quasi unanimement par la critique, et en particulier celle de gauche....

Lire la critique

il y a 5 ans

193 j'aime

53

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

177 j'aime

92

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

Lire la critique

il y a plus d’un an

162 j'aime

22