Faute d'amour

Avis sur Faute d'amour

Avatar voiron
Critique publiée par le

Dans Faute d'amour, un couple en instance de divorce délaisse son fils.
Boris et Genia n’ont plus rien d’autre en commun qu’un appartement, qu’ils cherchent à vendre pour retrouver chacun de leur côté, une entière liberté. Leur fils unique, Aliocha, fruit encombrant d’un amour disparu dont aucun des deux ne veut assumer la responsabilité.
Aliocha pleure seul en silence, déjà invisible pour ses parents, un matin il part et disparaît complètement.

La froideur sentimentale des parents vis-à-vis de leur fils est telle qu’il est impossible de savoir si leurs réactions sont dues au désespoir que provoque chez eux cette disparition ou à la frustration due au fait que les recherches les empêchent de passer aussi vite qu’ils le souhaiteraient à leurs nouvelles vies.
Boris et Genia, apparaissent alors comme des individus ambigus et complexes, capables de tendresse pour leurs nouveaux conjoints, mais incapables de se rapprocher et d’arrêter leur escalade dans la violence et le mépris pour retrouver Aliocha.

Le grand talent du cinéaste réside d’abord dans sa maîtrise de la mise en scène. Il filme ses protagonistes avec un regard qui évite à la fois trop de détachement, à l’inverse, trop de pathos. Certaines scènes du film dont une avec le petit garçon involontairement pris au piège dans une altercation violente de ses parents sont d’une très grande force.
Faute d’Amour fait le portrait de la société russe actuelle, où l’individualisme, la concurrence et la réussite sociale priment sur l’affectif, la famille et la solidarité. Le film dénonce aussi un Etat qui ne fournit pas à ses citoyens les services publics de base.
Le plan le plus représentatif, et l’un des plus marquants, de Faute d’Amour est celui où Aliocha pleure silencieusement derrière la porte pendant que ses parents se disputent dans le salon, ils l’ont déjà effacé de leurs vies avant qu’il ne disparaisse physiquement.
Genia veut retrouver son amant au niveau de vie élevé et Boris est en train de fonder une nouvelle famille avec une jeune femme enceinte.
La recherche d’Aliocha fait encore plus dégénérer la relation entre les parents et les empêche de s’occuper de leurs nouvelles vies.
Faute d'amour est un film froid et rude qui en dit beaucoup sur la société russe actuelle.
Andrei Zvyagintsev a réalisé un grand film après Léviathan et Elena.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1254 fois
35 apprécient · 1 n'apprécie pas

voiron a ajouté ce film à 2 listes Faute d'amour

Autres actions de voiron Faute d'amour