You're just a woman after all

Avis sur Female

Avatar gallu
Critique publiée par le

Female nous présente Alison Drake (Ruth Chatterton), une « femme Ford », qui dirige d'une main de fer une compagnie automobile américaine. Dans un monde d'homme, elle adopte, telle une féministe, une attitude d'homme et se montre dominatrice, sûre d'elle, loin des comportements stéréotypés des femmes d'alors. Alison n'est ni femme-enfant, ni femme fatale, ni ménagère. C'est une prédatrice qui couche avec ses employés fascinés par l'attrait du pouvoir puis les rejette le lendemain, blasée.

Le film prend la structure d'un conte quand, après nous avoir montré cette mécanique routinière, il insère l'élément perturbateur, le petit grain de sable dans la mécanique qui va provoquer le fameux happy end au passé simple (ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants). Ce grain de sable, c'est le mâle alpha, qu'Alison rencontre. Amoureuse car pour la première fois dominée, elle en perd toute sa testostérone et devient prête à tous les enfantillages et compromissions pour être possédée. Catherine II de Russie se transforme alors en « prom queen », en future ménagère et plie sous la poigne de fer du male alpha. Ainsi, le film effectue un virage à 180 degrés : commencé comme un pamphlet féministe, il se conclut par la restauration de l'ordre patriarcal.

Female est une comédie très bien huilée et nous montre que le patron servant à tailler les comédies sentimentales actuelles n'a rien de neuf. Female est fortement similaire aux comédies sentimentales d'aujourd'hui ; dont la moitié propose une intrigue identique, celle d'une jeune femme qui se jure de toujours tenir une ligne de conduite et qui l'abandonne finalement par amour. Le film récent « The proposal » (Anne Fletcher), qui met en scène une patronne inflexible progressivement charmée par son employée, ressemble par exemple beaucoup à ce Female. Peu importe les âges, la comédie sentimentale est souvent le moyen idéal pour calmer les ferveurs égalitaristes féminines avec de bons vieux fantasmes de prince charmant et de grand amour.

Évitons toutefois les amalgames rapides : Female sort bien du lot dans son genre. Si le volte-face des 20 dernières minutes du film qui voit Alison renier tout ce qu'elle a été n'eut été présent, on n'imagine pas les proportions du scandale qu'aurait provoqué alors le film. En l'état, même avec ce reniement, Female constitue déjà un brûlot, par toutes les "immoralités" proférées par son personnage dans la première moitié du film. Morceau choisi :

"To me a woman in love is a pathetic spectacle. She's either so miserable she wants to die, or she's so happy you want to die.
- Aren't you ever going to marry?
- No, thanks. Not me. You know, a long time ago, I decided to travel the same open road that men travel.So I treat men the way they've treated women.
- You haven't much respect for men.
- Of course, I know for some women men are a household necessity. I'd rather have a canary."

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 484 fois
6 apprécient

gallu a ajouté ce film à 1 liste Female

  • Films
    Cover Les films du Pré-Code

    Les films du Pré-Code

    En 1934, le Production Code, code de censure connu en France sous le nom de "Code Hays", est adopté et un bureau mis en place...

Autres actions de gallu Female