👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J’déteste les fêtes de famille

Ce fut au cours d’un dîner de Noël tumultueux où éclatèrent de sombres disputes musicales (à propos de M, admiré des nouvelles générations et conspué des anciennes) que mon voisin de table et papa évoqua devant un carré de table restreint ce « Festen » super sympa pour mettre l’ambiance en fratrie. Tout ceci me rappela que je ne l’avais pas encore vu, alors je décidai de m’y mettre une bonne fois pour toutes.
C’est très marrant, la force de frappe que peut avoir un film qui se donne du mal pour paraître le plus amateur possible: rien que pour les films d’horreur, « Le projet Blair Witch » et « Rec » avaient réussi à galvaniser les foules malgré leur réalisation pas propre et leur aspect de films dont on aurait conservé tous les rushes au montage (et pour le premier, un budget ridicule). En somme, pour leur non-respect des règles du cinéma lambda. Pour « Festen », c’est un peu la même chose: image cradingue, cadrages riquiqui, caméra qui se barre très régulièrement en vrille, acteurs balbutiants, moments de flottement assez nombreux...un joyeux bordel. Et pourtant, on reste sans voix devant la force du propos. Ça ne vient pas tout de suite, bien sûr, il faut bien attendre un quart de film avant que l’objet du délit ne se révèle, mais quand celui-ci arrive, personne n’est prêt-et on l’est d’autant moins que Vinterberg conduit son film comme s’il s’agissait d’une vidéo filmée par l’un des convives de cette fête, sans « préparer » la révélation. Jamais la mise en scène n’a d’avance sur les spectateurs; elle se place à leur niveau, en narrateur interne. De sorte qu’on ne peut jamais prévoir ce qui va se passer, ni comment ça va se passer; et que les moments qui se passent de la façon la plus anodine sont en fait les plus décisifs du film. On peut donc à juste titre qualifier Festen de « film coup de poing », et d’autant plus coup de poing qu’il nous les livre toujours en traître.
C’est peu dire d’ailleurs si le portrait de la famille que donne Vinterberg est cruel: d’une violence psychologique des plus estomaquantes, le cercle familial n’hésite pas à s’aveugler et à rejeter ses éléments les plus faibles pour protéger son unité. La plus grande brutalité ne vient pas des abus paternels-qu’on ne nous montrera jamais- mais bien de la complicité de la mère et du déni des autres membres (dont les frères et soeurs, au début tout du moins). Mais la brutalité se dévoile aussi dans la dernière partie, avec la chute du tyran qu’on exclura avec indifférence. De petites mises à mort morales, des traumatismes qui ne passent pas, et finissent parfois par donner lieu à des morts effectives comme celle de la soeur suicidée, dont le fantôme plane sur la famille sans que personne ou presque n’ose invoquer son nom. Pour toutes ces raisons, le huis-clos du film, qui ne quitte jamais la propriété luxueuse louée pour l’anniversaire du patriarche, prend à la gorge et laisse un sale arrière-goût d’angoisse. On en ressort avec soulagement.
On savait que les fêtes de famille étaient faites pour s’engueuler, mais avec un film aussi venimeux, il est certain qu’on n’appréhendera pas nos futurs rassemblements de Noël sans crainte.

(Je dédie cette critique à celui de la fratrie qui est parti il y a quelques mois, sans avoir eu le temps de visionner Festen. Il ne l’aurait probablement pas aimé, mais ça aurait donné l’occasion de s’engueuler encore plus. Je t’aime, vieil ours de grand-père).

il y a plus d’un an

4 j'aime

2 commentaires

Festen
Petitbarbu
8
Festen

L'important, c'est la famille.

Fever Ray - I'm not Done Pour son premier métrage dans le cadre du mouvement Dogme95, Vinterberg nous immerge dans un repas de famille bourgeois prenant place dans le manoir familial, isolé dans la...

Lire la critique

il y a 7 ans

61 j'aime

9

Festen
Thieuthefirst
8
Festen

Recette pour un Festen (Critique en service commandé pour Hunky-Dory #03)

Avant toute chose Festen est un film déroutant sur le plan formel. En effet l'image tremblotte en permanence et présente un grain plus ou moins marqué tout au long du film (quand elle n'est pas...

Lire la critique

il y a 10 ans

53 j'aime

10

Festen
Cmd
8
Festen

Le Roi se meurt

Je vais commencer par m'excuser. Comme ça si jamais il t'arrive quoi que ce soit, au moins, j'aurais tenté déjà de me faire pardonner mon offense. Au cas où tu ne l'aurais pas encore remarqué, je te...

Lire la critique

il y a 7 ans

44 j'aime

9

Assassination Nation
DanyB
7

Ecran de fumée

Cette critique ne fera d'"Assassination Nation" qu'une analyse partielle: certains aspects ne seront que peu explorés, même si tout aussi intéressants: parmi eux, on peut mentionner le côté très...

Lire la critique

il y a 3 ans

20 j'aime

La Peste
DanyB
9
La Peste

La condition pestiférée...pardon, humaine

Ce que j’aime bien avec Camus, c’est sa façon, sur un ton neutre et avec des mots simples, de nous dire la vérité. Cette vérité, on avait pu la soupçonner auparavant, mais sans forcément parvenir à...

Lire la critique

il y a 4 ans

20 j'aime

Les Autres
DanyB
9
Les Autres

Histoire d'une collision

Avis à celles et ceux qui n'auraient pas encore vu le film: courez palier à ce manquement avant que de lire ma critique: il ne serait guère plaisant que je vous gâche l'éventuel plaisir que vous...

Lire la critique

il y a 5 ans

15 j'aime