👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

"Ce qui se passe en mer reste en mer", pas tout à fait

Dès les premiers plans la situation est posée: Alice aime la mer et Félix son petit ami. C'est un personnage au caractère assuré, chose nécessaire quand on est la seule femme à embarquer sur un bateau, le Fidélio, pour y travailler comme mécanicienne.
Bateau vu premièrement comme sombre et menaçant, à travers le brouillard, n'en distinguant que la forme et les lumières. Déjà une tentative de métaphore, la fidélité d'Alice qui sera mise à l'épreuve dans un climat plus que caligineux. Loin de son homme, mais proche de la mer et des marins dont son ancien amoureux, Alice semble nous préparer à une odyssée émotionnelle, intérieure et sentimentale.
D'abord avec les beaux plans d'ensemble et de grand ensemble sur la mer que souvent Alice contemple. Ils sont calmes, immenses et reposants ; s'opposant ainsi aux plans bruyants dans des espaces serrés à l'intérieur vers la machine où travaille Alice.
Après un baiser échangé entre elle et son ancien amour, on comprend que le film veut nous parler d'amour et de la vie en mer. Le problème ? Dans ce film pas d'amour sans sexe, et peu de sexe sans vulgarité. Le film se base sur un cliché de la vie sexuellement difficile et différente en mer, mettant le reste de côté. Alice ne sait pas embrasser un homme sans coucher avec, et ce en à peine 1 mois. Les scènes sexuelles s'enchainent aussi rapidement que la vulgarité touchant à ce domaine: les marins collectionnant les photos et posters de femmes nues et matant du porno, les dialogues qui ne savent se passer de "bite" ou "chatte", etc. Que ce soit présent oui, que le film ne raconte que ça, non. Borleteau doit le savoir puisqu'elle essaie de faire passer la mort de De-Gal (l'ancien mécanicien) comme un implant dramatique avec Alice qui en rêve et lit son journal en regardant ses photos en gros plans. Avec la voix qui les accompagne ces scènes sont très intéressantes mais toute l'intrigue autour de De-Gal aurait méritée d'être approfondie plutôt que d'être maladroitement mise en place pour finalement une vague explication d'Alice à la fin pour nous faire croire que c'était important.
Si Borleteau a, pour un premier long-métrage, réussi une belle esthétique de l'image, allant des plans d'ensemble sur la mer aux gros plans sur les visages et les objets ; dommage que le film s'englue dans certains clichés au détriment de certains points intéressants laissés à l'état d'ébauche.
Emile_Belleveaux
5

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films vus au cinéma

il y a 7 ans

5 j'aime

Fidelio, l'odyssée d'Alice
pierreAfeu
6

Alice au pays des marins

C'est l'histoire d'une fille indépendante, libre et honnête, qui mène sa vie avec gourmandise et bravoure. Au cœur d'un récit presque à la première personne, Alice navigue au long...

Lire la critique

il y a 7 ans

9 j'aime

1

Fidelio, l'odyssée d'Alice
Fritz_Langueur
9

Heureuse qui comme Alice...

Voilà vraisemblablement le film français de 2014, le plus impudent mais surtout le plus surprenant. Non seulement par le clin d’œil littéraire à l’œuvre d’Homère (Alice comme Ulysse mettra 10 années...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime

Fidelio, l'odyssée d'Alice
Emile_Belleveaux
5

"Ce qui se passe en mer reste en mer", pas tout à fait

Dès les premiers plans la situation est posée: Alice aime la mer et Félix son petit ami. C'est un personnage au caractère assuré, chose nécessaire quand on est la seule femme à embarquer sur un...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

Un condamné à mort s'est échappé
Emile_Belleveaux
7

MacGyver: Le film

Un condamné à mort s'est échappé est un huis clos où l'on suit le jeune lieutenant Fontaine capturé par les allemands durant la deuxième guerre mondiale et qui va chercher tout au long du film à...

Lire la critique

il y a 7 ans

3 j'aime

Interstellar
Emile_Belleveaux
6
Interstellar

Interstellar (et Nolan), toujours intéressant mais décevant !

Un mot pour qualifier ce film, déception. Christopher Nolan est un réalisateur qui sait partager les avis autour de ses films et si j'adore bon nombre de ses films, celui-ci ne m'a vraiment pas...

Lire la critique

il y a 7 ans

3 j'aime

The House That Jack Built
Emile_Belleveaux
7

"Are you allowed to speak along the way ?"

Le film nous raconte l’histoire d’un dangereux tueur en série dans l’Amérique des années 70. On adopte le point de vue dudit tueur qui fait le récit de son parcours de meurtrier à un mystérieux...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

2