Le flocon de neige unique et merveilleux

Avis sur Fight Club

Avatar hugo4444
Critique publiée par le

Dans un monde où tout n'est qu'une copie, d'une copie, d'une autre copie, Fight Club, lui, apparaît comme un flocon de neige unique et merveilleux. Le film de Fincher n'a pas pris une ride depuis sa sortie en 1999, année de ma naissance (coïncidence ?) et est toujours aussi juste aujourd'hui.
Difficile de trouver un seul défaut dans cette œuvre immense même au bout d'une dizaine de visionnages (on a même tendance à lui retrouver des qualités).
Fight Club est l'un des premiers films que j'ai vu depuis que je me suis intéressé au cinéma et s'est immédiatement imposé à moi comme mon film préféré (...détrôné depuis). C'est le film idéal à monter à un cinéphile naissant, comme je l'étais à l'époque; le parfait exemple de ce à quoi sert le cinéma.

Derrière la caméra, on retrouve Fincher qui commence à l'époque à se faire une place parmis les grands réalisateurs. Alien 3 (que lui-même critiquera vivement) était décevant, Seven a révolutionné le Thriller et The Game, malgré ses nombreux défauts a imposé la loi du twist final. Fincher réitère donc en signant un thriller psychologique autour du thème du trouble de l'identité.
On retrouve comme à son habitude un héros Fincherien, inadapté social, mis à rude épreuve, qui peine à définir son identité dans une société artificielle et une mise en scène soignée comme seul un club (c'est le cas de le dire) très fermé de réalisateur sait maîtriser. Cette mise en scène tellement novatrice pour l'époque qu'elle peut surprendre encore aujourd'hui.

Fight Club est un film qui dérange puisqu'il nous montre une image terrible de notre société. Et s'il y a bien une société que le film dénonce, c’est celle de la consommation.

Dans le temps, on lisait les revues porno. Maintenant, c’était les catalogues de mobilier.

Et cela résume assez bien la société dans laquelle nous vivons, et l'image que Fight Club nous donne de nos vies est assez terrifiante...

Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.

Finalement Tyler montre au narrateur et au spectateur ce que nous somme réellement: des consommateurs.

C’est cette faculté d’être prisonnier en ayant l’impression d’être libre que Fincher tente de nous expliquer à travers son film.

On pourrait donc penser que le message du film est de nous dire qu'il faut arrêter de consommer et de sombrer dans l'anarchie, comme l'explique Tyler en disant "Je rejette tous les présupposés de la civilisation et spécialement l’importance des possessions matérielles".

Or à la fin du film, le Fight Club qui était sensé faire se sentir mieux ses membres, va se transformer en "Projet chaos", une sorte de secte dont le but est de détruire tout ce qui se rapproche de notre société de consommation. Donc le film ne fait pas du tout l'apologie d'une société anarchiste (comme j'ai déjà pu l'entendre), au contraire Fincher nous dis que s'éloigner de cette société revient à créer le chaos. Nous sommes donc les prisonniers de celle-ci.

Ficher nous demande donc s'il vaut mieux vivre dans une société qui n'offre aucune liberté si ce n'est celle de consommer, ou vivre au cœur d'une organisation qui occulte l'identité de ses membres pour libérer les hommes des barrières qu'on leur a imposé.

Déjà visionnaire à l’époque tant sur la forme que sur le fond, Fight Club ne vieillit pas. En plus d’être un formidable divertissement le film de Fincher pose une réelle question sur l'avenir de l'homme. Là où 2001: l'odyssée de l'espace nous mettait en garde sur notre dépendance à la machine, Fight Club, lui nous met en garde sur notre dépendance à la consommation.
Il est clair que tant que notre société n'adoptera pas un but nouveau, Fight Club aura encore de beaux jours devant lui. Et il y a fort à parier que, vu la situation, son statut de film culte lui collera à la jaquette encore quelques décennies.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4876 fois
68 apprécient · 2 n'apprécient pas

hugo4444 a ajouté ce film à 25 listes Fight Club

Autres actions de hugo4444 Fight Club