Cookie’s Fortune

Avis sur First Cow

Avatar kinophil
Critique publiée par le

Je l’attendais ce film et j’aurais aimé apprécier autant ce septième long métrage de Kelly Reichardt que tous ces précédents. Mais j’ai été déçu. Rien à voir avec la lenteur, le minimalisme, la sobriété qui sont les caractéristiques de son cinéma, donc.
Bien sûr elle est belle cette toute simple histoire d’amitié entre un cuisinier et un immigrant chinois, au cœur de l’Oregon sauvage au début du XIXè siècle au temps de la ruée vers la fourrure. Ils rêvent de fortune en vendant aux trappeurs les gâteaux qu’ils confectionnent grâce au lait qu’ils vont nuitamment chaparder de la seule vache de la contrée. Ils sont aussi différents que complémentaires : le pâtissier étant aussi calme, délicat, méticuleux, à la voix douce et sobre dans ses propos que l’immigrant chinois pourchassé est volubile, entreprenant et poussé par l’esprit d’entreprise. Leur relation est belle, complice et respectueuse.
Le film est tout en atmosphère, les décors parfaits, le travail sur les costumes est remarquable, les personnages bien dessinés et parfaitement interprétés, la musique de William Tyler délicate et parfaitement appropriée. Mais cela ne suffit pas entièrement, et cette qualité est d’autant plus frustrante qu’elle est au service d’un scénario vraiment très, très mince, étiré sur deux heures dont la moitié se passe dans l’obscurité. Et donc au final un tantinet ennuyeux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 813 fois
6 apprécient

Autres actions de kinophil First Cow