Avis sur

Fortress par Gabriel Lieurain

Avatar Gabriel Lieurain
Critique publiée par le

réalisateur : Stuart Gordon

genres : sf, action, thriller

acteurs : Christophe Lambert, Kurtwood Smith, Jeffrey Combs , Vernon Wells, Clifton Collins Jr

Synopsis

En 2018, la terre est en crise à cause du problème de surpopulation. On instaurre alors la règle de l enfant unique.

Pour avoir enfreint cette règle suite à la mort de leur premier enfant, John Brennick et sa femme Karen sont condamnés à purger une peine dans une prison à sécurité maximale appelée La Forteresse appelée ainsi car personne n a jamais pu s en évader.

Mais Brennick a un plan et ne compte pas rester enfermé sans rien faire.

Critique

A ses débuts dans les années 1980, tout prédisposait Christophe Lambert a une glorieuse carrière mais des choix de films plus que douteux ont contribué à la destruction de ladite carrière.

Pourtant en 1993, notre ami Lambert n est pas encore le gros has been qu il deviendra par la suite et se retrouve à l affiche de Fortress sympatique série b de sf/action portée par Stuart Gordon le papa du premier Réanimator.

A l origine, c est Arnold Schwarzenneger qui devait interpréter le role mais ce ne fut pas le cas et c"est ce cher Cricri qui a eu le role et s en tire globalement assez bien en héros typique du ciné d action des années 80/90 même si on est loin de Greystoke ou d Highlander on s en doute bien.

Dans le role du gros vilain directeur de prison, on a Kurtwood Smith parfait en hybride d humain et de cyborg dépourvu d émotions ou presque qui constitue une menace crédible de par la froideur que son personnage déploit (tout le contraire de ce cancrelat de Clarence Boddicker antagoniste du premier film Robocop qui est en permanence dans l excitation).

Pour le reste des acteurs, ils sont bien joués que ce soit la femme du protagoniste ou les potes de cellule de ce dernier même si c est des clichés (un chauve, un black, un latino et un intello à lunettes joué par Jeffrey Combs star de la trilogie Réanimator et pote du réalisateur également).

Sinon l histoire est originale et peut faire éprouver au spectateur une maigre réflexion sur le problème de la surpopulation même si honnètement on est pas là pour ça.

En effet, le film possède son lot de trouvailles toutes plus originales les unes que les autres comme les implants pouvant neutraliser un prisonnier, le moyen de controler les rèves des prisonniers, les hybrides qui servent de gardiens et j en passe.

Coté action, c est bien bourrin sans être omniprésent avec une bonne baston entre le perso principal et Maddox criminel bien violent avec un 187 tatoué sur le crane (joué par Vernon Wells le bad guy de Commando) et des gunfights efficaces contre les hybrides d humains et de robots (dont l aspect véritable a tout d une créature de film d horreur).

ATTENTION SPOILERS !!!

Bon par contre, on regrettera la fin bien cucu la praline.

De même pas compris le délire avec l IA façon Hal 9000 du pauvre qui dégomme le dirlo (qui selon elle devenait trop humain au contact de la femme de Brennick et ne faisait plus assez bien son boulot) et qui fait office de boss final en prenant le controle d un camion blindé.

Certes la scène est spectaculaire mais ils poussent quand même un peu le bouchon trop loin dans le délire n est ce pas Maurice (référence pourrie à la pub de la mousse au chocolat et du sale gosse qu accuse son poiscaille rouge de l avoir bouloptté à sa place) !!

FIN DES SPOILS !!!

Bon ba voilà c était Fortress.

C est pas le meilleur film du monde mais ça a des scènes d action correctes, quelques effets gores pas trop mal, un scénario assez original et un Christophe Lambert dans un role potable.

Donc y vaut le coup d oeil (tout le contraire de sa suite moisie quoi !!).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 328 fois
1 apprécie

Autres actions de Gabriel Lieurain Fortress