👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Les affiches dans le métro me suggéraient un film de superhéros classique. Le film débuterait sur la vie d'un jeune cadre new-yorkais. Celui-ci, par un mécanisme ''à déterminer'' (comme dirait la version géante de Guy), serait doté de superpouvoirs et sauverait l'Amérique. Mais le scénario s’avère assez original et plus réussi que celui du petit frère Ready Player One : il est basé sur une connexion entre le monde réel (la Californie du film) et un jeu vidéo très populaire nommé Free City.

L'univers de Free City est fortement inspiré de Fortnite. Les armes et médicaments récupérables un peu partout, la chute libre tête la première, le planeur (''glider''), les danses stéréotypées, les skins très variés et l'insistance du film à ce sujet transforment Free City en un pastiche et rendent l'univers du film très dynamique. Seule la caverne d'Alibaba personnelle des joueurs fait exception aux principes du phénomène Fortnite.

L'intrigue est intéressante. Deux jeunes programmeurs dénommés Millie et Keys, dont l'idylle est une intrigue secondaire, se font dérober leur jeu vidéo par un mondain sans scrupule de la Silicon Valley, et devront récupérer la preuve du vol dans Free City, qui est une version modifiée de leur jeu. La partie la plus remarquable du jeu de Millie et Keys est l'IA qu'il contient. Cette IA serait en effet la première forme authentique d'intelligence artificielle, dans la mesure où elle serait capable d'apprendre des concepts auxquels elle n'a pas été formée.

Outre l’avènement d'une puissante IA, le film mentionne avec subtilité d'autres problématiques modernes : le privilège blanc, le patriarcat, et les morts et blessés par armes à feu aux Etats-Unis. Il est amusant de voir Guy, dans sa candeur habituelle, s'étonner de la fréquence des morts par armes dans le monde de Millie. Le film compte d'autres références, en particulier à The Big Lebowski via les noms ''Guy'' et ''Dude'' et une explicite à Jumanji.

Si l'humour n'est pas toujours très fin (Guy / good guy, good day / great day, TBD / third adjective), Free Guy fait sourire et évoque des sujets contemporains sans verser dans la caricature. En arrière-plan, le choix du nom Free City n'est pas anodin et rappelle le discours libertarien d'Andrew Ryan dans l'introduction de Bioshock. Dans les deux cas, l'idéal de liberté, d'absence de régulation, se transforme en zone de guerre. Cela contraste avec le nom du jeu développé par Keys et Millie, Free Life, dont la fin du film semble indiquer que c'est un paradis sur Terre virtuelle.

vincentbirobent
8
Écrit par

il y a 9 mois

2 j'aime

Free Guy
lugdunum91
7
Free Guy

Free Guy: TrumanShow 2.0!

107eme film de l'année 2021 et découverte du nouveau projet Deadpool like de Ryan Reynolds qui n'en finit plus avec l'humour méta! On suit l'histoire d'un employé de banque, découvrant un jour qu’il...

Lire la critique

il y a 9 mois

23 j'aime

15

Free Guy
Xidius
6
Free Guy

Easy Mode

"Le vrai regret, finalement, c’est de voir que le film se contredit quelque peu entre le mantra de son antagoniste, qui réfute la libre création et l’exploration d’un univers pour mieux en faire une...

Lire la critique

il y a 9 mois

20 j'aime

6

Free Guy
LeTigre
7
Free Guy

Je ne vous souhaite pas une bonne journée mais une superbe journée.

Qu'est que vous voulez que je vous dise ? Depuis que Ryan Reynolds a enfilé le costume de l'incorrigible Deadpool, il est devenu un gros générateur de divertissement bien débile et trash à la sauce...

Lire la critique

il y a 8 mois

15 j'aime

10

Voyage au bout de l'enfer
vincentbirobent
3

Surcoté pour des raisons historiques

Si je conçois que ce film ait été un succès à sa sortie tout de suite après la fin de la guerre du Vietnam, les 3h qu'il dure ont été pour moi, spectateur moderne, un supplice. J'attendais...

Lire la critique

il y a 8 mois

2 j'aime

Apocalypto
vincentbirobent
8
Apocalypto

Saisissante immersion dans une civilisation sylvestre

Mel Gibson nous offre dans Apocalypto un sublime moment de spectacle. Entre la langue des acteurs (une reconstitution approximative de la langue maya), leurs tenues, leurs ''piercings'' et leurs...

Lire la critique

il y a 10 mois

1 j'aime

Jumanji : Bienvenue dans la jungle
vincentbirobent
7

Subtil pour une teen movie

Jumanji se révèle assez percutant. On pouvait s'attendre à des scènes d'action remplies d'effets spéciaux, des blagues bourrins et des personnages caricaturaux sans profondeur. Finalement, les scènes...

Lire la critique

il y a 11 mois

1 j'aime