Taches solaires et vague de suicides.

Avis sur Frissons d'horreur

Avatar dagrey
Critique publiée par le

Une vague de suicides frappe Rome durant un été caniculaire. Un prêtre enquête sur le suicide présumé de sa soeur assisté par une interne en médecine, Simona, qui venait de la rencontrer.

"Frissons d'horreur" est un giallo italien d'Armando Crispino réalisé en 1975. Réservé à un public averti, ce film multiplie les images violentes et érotiques et atteste d'une certaine radicalité dans le genre. Les premières images poisseuses sorties de l'esprit confus de Simona font penser au cinéma horrifique de Lucio Fulci.
On peut cependant reprocher au film de reposer sur une intrigue confuse, construit sur une logique de poupées russes, qui risque de perdre le spectateur en cours de route, celui ci ne comprenant les méandres de l'intrigue que dans les 20 dernières minutes. Pour pimenter le tout, Simona est une jeune femme brillante mais dont la vie sentimentale est compliquée par une frigidité pathologique.
L'intérêt du spectateur est en revanche tenu en éveil par les morts violentes et autres images érotiques qui jalonnent allègrement le film.

Coté casting, on note la présence de l'actrice américaine Mimsy Farmer (Simona) qui a tourné dans de nombreux films de genre (Quatre mouches de velours gris...) , de Barry Primus (le prêtre) et de Ray Lovelock, l'amant de Simona.

La bande originale est l'oeuvre du très créatif Ennio Morricone.

Un film macabre pour les amateurs de cinéma bis.

Ma note: 6/10

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 146 fois
2 apprécient

dagrey a ajouté ce film à 2 listes Frissons d'horreur

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs films giallo

    Les meilleurs films giallo

    Avec : Mais... qu'avez vous fait à Solange ?, Les Frissons de l'angoisse, Ténèbres, La Queue du scorpion,

  • Films
    Affiche Mémoires de nos pères

    Films vus en 2017.

    Avec : Mémoires de nos pères, Santa Sangre, Frissons d'horreur, La Lame infernale,

Autres actions de dagrey Frissons d'horreur