👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Casse encore mon quatrième mur et je te casse autre chose

C'est bien joué et joliment mis en scène, avec des plans séquence qui feront plaisir aux inconditionnels, mais c'est à peu près tout. Oh wait, on maltraite des enfants, aussi, et le début est une belle réussite, quand le film bascule lentement vers le thriller, très poliment.

Passé ce prologue, Funny Games est d'une longueur règlementaire mais d'une vacuité hors norme, avec un rythme laborieux qui laisse l'impression tenace qu'il ne s'y passe pas grand chose et que le spectacle était finalement assez creux.
Par cette lenteur, Haneke construit une ambiance lourde et oppressante où les personnages passent de la peur au désespoir, à grand renfort de torture psychologique (toute violence physique est systématiquement hors-champs) et cet aspect du film est indéniable réussi, avec deux grosses réserves qui ruinent tout :

- C'est terriblement long. Je veux me faire rembourser au moins une de ces deux putains de heures à voir ces deux cons boucler sur leur trip dillué au possible qui n'avance jamais vraiment et à s'égarer dans de vaines diatribes dont on a pas grand chose à carrer.

- Les cassage de quatrième mur dans un film pareil (personnages qui s'adressent au spectateur, le coup de la télécommande), c'est peut-être très audacieux et original mais à mes yeux, ça reste un fail total, qui me pourrit ma suspension d'incrédulité (ah ouais, la VF de cette expression est plutôt badass). Je n'ai rien contre le procédé dans une comédie où je ne cherche pas à m'immerger, mais passer 2h à faire monter une tension et une ambiance pour la flinguer à intervalle régulier de la plus foireuse des manières, il faudra qu'on m'explique quel procédé dramatique ou narratif justifiait ça.

Au-delà de ça, je peux comprendre qu'on apprécie le gimmick ou qu'on puisse passer outre et j'imagine que le film peut être perçu comme une expérience amorale et singulière, même si je n'y ai pas été personnellement sensible. Ce n'est pas ce qui le rachète mais ça lui sauvera quelques points.
Je ne suis pas vraiment rentré dedans, et quand je rentrais, le film me faisait sortir. Bah, qu'il se démerde s'il ne veut pas de moi mais qu'il ne s'étonne pas de se faire saquer.
Ezhaac
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Enfants molestés, journée ensoleillée

il y a 11 ans

46 j'aime

8 commentaires

Funny Games U.S.
Ezhaac
5

Casse encore mon quatrième mur et je te casse autre chose

C'est bien joué et joliment mis en scène, avec des plans séquence qui feront plaisir aux inconditionnels, mais c'est à peu près tout. Oh wait, on maltraite des enfants, aussi, et le début est une...

Lire la critique

il y a 11 ans

46 j'aime

8

Funny Games U.S.
Sylfaen
9

Critique de Funny Games U.S. par Julien Camblan

On ne voit rien venir. Et on est emporté dans une débauche de violence gratuite. Il n'y a aucune explication, aucun message, juste de la violence pure et des victimes qui ne comprennent pas. C'est...

Lire la critique

il y a 12 ans

35 j'aime

3

Funny Games U.S.
Le_Prophète
3

"Bonjour, on va jouer à un jeu."

Les américains ne savent pas lire. Imaginez un peu la torture que peut représenter pour eux la vision d'un film en VOst. Alors ils ont trouvé un truc: refaire tous les bons films étrangers! Superbe...

Lire la critique

il y a 9 ans

30 j'aime

9

Martyrs
Ezhaac
9
Martyrs

Expérience traumatique

Peu de films ont su me retourner comme l'a fait Martyrs. Je vais éluder le débat stérile sur la légitimité du thème de la torture au cinéma et partir du postulat que la vocation première du film...

Lire la critique

il y a 12 ans

82 j'aime

4

Sweeney Todd - Le Diabolique Barbier de Fleet Street
Ezhaac
4

I feeeeeeeeel you, Johaaaaaanaaaaaaaaaa !!

Avec une photo gothique à souhait et un Johnny Depp qui fait peur, le film partait plutôt bien, d'autant qu'une fable romantique sur le cannibalisme n'était pas pour me déplaire, sur le papier. Mais...

Lire la critique

il y a 11 ans

62 j'aime

11

Vidocq
Ezhaac
8
Vidocq

Paris gothique en numérique

Le film qu'il vaut mieux ne pas aimer quand on veut briller en société, tant il se traine une réputation usurpée de nanar. Alors c'est le moment de m'empoigner les couilles et de les poser sur ce...

Lire la critique

il y a 11 ans

58 j'aime

14