👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Fury fait partie de ces (trop rares) films qui ont le mérite de vous rappeler à quel point vous avez de la chance de ne pas avoir directement affaire à la guerre.
Sa représentation y est crue et dénuée de manichéisme. Et l'intérêt majeur du film repose à mon sens dans l'altération psychologique qu'elle entraîne sur les protagonistes.
Le personnage de Collier (le chef d'équipe) a beau être héroïque, au sens militaire du terme, il n'en est pas moins humainement ravagé par son vécu. Brad Pitt lui donne toute sa mesure et l'on ressent clairement les difficultés qu'éprouve son empathie à percer la couche de merde sous laquelle l'ont laissé les années d'horreur et de survie sur le front.
Cette humanité que le personnage avait sans doute autrefois on la devine de plus en plus au fur et à mesure du temps qu'il passe avec Normam (Logan Lerman), jeune troufion envoyé au front contre son gré alors qu'il était dactylo dans l'armée et qui accuse logiquement un certain traumatisme au début.
Collier le prend sous son aile pour lui 'apprendre la guerre' (il y va pas avec des pincettes) et comment y survivre. Mais au final l'apport s'avère mutuel, et si Collier fera du gamin un survivant, il retrouvera aussi peu à peu son humanité au contact de son 'protégé'.
Cette relation est au coeur du film, où la force de l'esprit de camaraderie en temps de guerre est célébrée une fois encore, avec les violons une fois encore mais hé, ça reste Hollywood et dans le fond j'ai pas boudé mon plaisir.

On notera aussi la composition quelque peu cliché du groupe de héros : Un mexicain alcoolique qui cherche à baiser tout ce qui lui tombe sous la main, un cul-béni exalté par sa foi qui prêche la gloire du Saint-Père entre deux obus chargés dans le canon du char et une brute épaisse qui s'avère n'être qu'un type en souffrance dans la fureur du conflit.
On comprend vite que tous ces types là seraient sans doute passés inaperçus dans la société civile, mais la guerre a fait d'eux des personnages extrêmes (et les acteurs s'en donnent à cœur joie, notamment Shia LeBoeuf).

(à compléter)

Aphasic
7
Écrit par

il y a 6 ans

1 j'aime

Fury
guyness
5
Fury

Tank il y aura des hommes

Comme la guerre, la vie est profondément injuste. On en voudra toujours plus au film qui fait mine d’attaquer son sujet sous un angle un peu différent avant de finir avec de gros sabots crottés sur...

Lire la critique

il y a 7 ans

88 j'aime

19

Fury
Plug_In_Papa
6
Fury

Tank il y aura des hommes

Fury, c'est le petit nom d'un char Sherman pendant la campagne d'Allemagne en 1945. Un tank ce n'est pas qu'une arme de guerre motorisée, c'est aussi un microcosme au coeur de la bataille, un...

Lire la critique

il y a 7 ans

84 j'aime

6

Fury
blazcowicz
8
Fury

Tin Men

Si vous êtes un minimum amateur du genre, vous ne devez pas être sans savoir que le film de guerre est une espèce en voie de disparition. Il faut remonter à Démineurs pour la guerre moderne et au...

Lire la critique

il y a 7 ans

62 j'aime

1

Ted 2
Aphasic
3
Ted 2

C'est l'histoire d'une peluche usée et sale...

C'est la première fois de ma vie que je sors d'une salle de cinéma. Je crois que l'essentiel est dit. Je vais quand même prendre 5 minutes pour expliquer pourquoi : Il faut que je précise avant tout...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

Macbeth
Aphasic
7
Macbeth

Allez au bout ou passez votre chemin.

Celui-là je l'attendais de pied ferme, non sans appréhension par ailleurs. Adapter Shakespeare reste une entreprise délicate, bien que fort judicieuse à mon sens, et la chose est d'autant plus...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime

Le Roi Lion
Aphasic
8
Le Roi Lion

To be (King) or not to be.

Alors, cette critique vient en réponse aux détracteurs du film qui arguent qu'il ne s'agit là que d'une histoire pour gamins sans profondeur où les évènements répondent à une logique inepte. La...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime