Gameraméha!!

Avis sur Gamera

Avatar Screaminel
Critique publiée par le

Alors que nous surfons sur la vague des monstres et la guerre froide, "Gamera", la tortue géante, tente une percée dans ce grand bestiaire dénommé "kaiju". Il faut dire que Noriaki Yuasa met la forme mais pas le fond, ce qui est un peu regrettable. On se retrouve donc avec un film plein d'ambitions dans le côté animation du monstre et des effets spéciaux de "destruction" (les attaques du train, de la centrale thermique sont impressionnantes). Le regret éprouvé au visionnage de ce film est qu'il ne prend pas de risque : toujours le même objet du réveil de bête même si la manière n'est pas la même, un côté documentaire avec les quotidiens nationaux et certains plans calqués par exemple. On peut donc y faire des parallèles sans problèmes avec "Gojira"/"Godzilla" de Hishiro Honda (1954) et même l'inspiration de ce dernier "Le monstre des temps perdus" d'Eugène Lourié (1953) au niveau du lieu du réveil: le pôle Nord.

Si pour Godzilla, on a un savant écologique qui souhaite l'étudier et non le détruire, ici, Gamera est considéré comme nocif malgré l'envie d'étudier la bête par les scientifiques. Mais il y a surtout une tendance à exprimer de la sympathie à son égard par le biais d'un enfant, un passionné de tortue. De plus, la dimension guerre froide vient faire son apparition convenablement mais vite passé aux oubliettes malgré un fonds propice à la chose ou encore la mise en acte de rappel seulement (Russes et Américains en Taiwan qui propose de mettre en commun les connaissances). Après le final peut en surprendre plus d'un et dévoile l'envie du Japon à conquérir l'espace et de rentrer dans la lutte...

En tout cas, Gamera semble se présenter comme un monstre invincible (d'où le titre en anglais) et doté de multiples caractéristiques (vol/aspiration des flammes) laissant les humains effrayés. Une espèce qui vient un peu tard par rapport à Godzilla au sein d'un film déjà un peu trop classique pour l'époque ce qui le gâche malgré ses bonnes intentions notamment du point de vue de l'animation et de scènes "d'actions". 11 ans après "Godzilla", il semble qu'on ait fait déjà un bon pas de ce côté, ce qui ne doit pas laisser insensible.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 343 fois
5 apprécient

Screaminel a ajouté ce film à 1 liste Gamera

  • Films
    Cover L'Horreur de Screaminel

    L'Horreur de Screaminel

    Il s'agit avant tout de continuer ma progression dans le domaine du cinéma fantastique. Ainsi, les classiques, les meilleurs...

Autres actions de Screaminel Gamera