RIP Bernie Mac

Avis sur Gangball, les règles de Harlem

Avatar easy2fly
Critique publiée par le

Cela faisait longtemps que je ne l'avais vu, il n'a étonnamment pas vieilli visuellement, ni même dans la construction, pas contre avec le temps, le jeu des acteurs fait mal.

C'est l'un des films qui a bercé ma jeunesse, il contient ce que j'aime le basket, le hip hop, l'attraction de la rue, de ces personnages qui vivent sur la corde raide, parfois en décalage avec la société comme l'excellent Bernie Mac dont rien ne laissait présagé une belle carrière de comique, Marlon Wayans plutôt énervant, il en fait trop et étrangement plus à l'aise dans ses moments dramatiques que comiques. Wood Harris qui ne sortira jamais de ce genre de rôle, trouvant son plus grand rôle dans "The Wire" en jouant Avon Barksdale. Leon, pas vraiment bon acteur, mais une gueule qui marque et qu'on a pu voir dans différentes productions, sans se souvenir de son prénom. Duane Martin, qui ressemble à Stephon Marbury, en jeune basketteur arrogant et prétentieux, lui aussi meneur, la même coupe de cheveux, aussi de NY, aussi 17 ans et faisant un tournoi au fameux Rucker Park. Enfin la légende Tupac Shakur, il en fait des tonnes, il est rempli de tics, son charisme ne sauve pas sa médiocre prestation.
Pourtant le film marche bien, même si le traumatisme de Leon est assez risible dans la façon dont cela s'est déroulé (oui, je n'ai pas de cœur). Le scénario est basique, mais il a ses bons moments avec les matchs de basket qui ne sont pas ridicules, grâce aux acteurs qui sont aussi vraiment de bons joueurs, Duane Martin a même fait un court passage chez les Knicks. Les moments dramatiques sont aussi réussis, sauf quand Tupac est de la partie, il plombe vraiment des scènes. La relation Leon et Tonya Pinkins (excellente), avec son fils Duane Martin, est agréable à suivre, même si cela reste conventionnel et prévisible.
La BO est exceptionnelle, elle porte le film par moments, elle fait partie des classiques du hip hop avec la révélation Warren G feat. Nate Dogg "Regulate" ou le magnifique "Pain" de Tupac Shakur, une BO étrangement West Coast alors que le film se déroule à NY.

Un film de genre, qui s'adresse aux fans de ce sport et de cette musique, un classique que je reverrais dans 10 ans, puis dans encore 10 ans, jusqu'à ce que la mort nous sépare.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 940 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de easy2fly Gangball, les règles de Harlem