👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un 31 décembre, les corps sans vie de deux fillettes, violées et assassinées, sont retrouvés au milieu des dunes dans la région de Cherbourg. Ce soir- là, l'inspecteur Antoine Gallien et son adjoint *Belmont s***ont de permanence au commissariat et vont devoir découvrir l'assassin. L'inspecteur porte quelques soupçons sur un notaire de l'endroit: ***Maître Martinaud*, un notable assez sûr de lui, à la vie privée mouvementée et connaissant de surcroît l'une des deux victimes. Il décide donc de le placer en garde à vue et de le soumettre à un interrogatoire méticuleux afin de tenter de lui faire avouer les meurtres mais ce ne sera pas chose facile malgré l'intervention "musclée" de Belmont.
Pendant ce temps Chanbtal, l'épouse de Maître Martinaud, vient faire en privé auprès de l'inspecteur Gallien des révélations déterminantes sur la vie privée de son mari et sur les meurtres. Avec toutes ces présomptions accumulées, Martinaud est-il le vrai coupable? La réponse est au bout de ce terrible huis-clos...

Cette œuvre magistrale de Claude Miller est envoûtante déjà par l'ambiance du huis-clos, un soir de Saint-Sylvestre, dans ce petit bureau d'un commissariat. L'inspecteur essaye par toutes les ruses et par un enchaînement de questions très élaborées de confondre le présumé coupable. Celui-ci trouve avec suffisance les parades et l'inspecteur Gallien passe ainsi par différents états d'âme: coupable, pas coupable? Le doute s'installe et les deux hommes se livrent à une véritable partie de poker, l'un cernant sa proie avec une logique implacable et l'autre essayant de se dégager, répondant par des propos versant entre esprit et arrogance.

Lassé de ce combat tournant en rond et de la psychologie déployée par son supérieur, Belmont tentera bien d'utiliser la manière forte mais il n'est pas dit que cette façon de faire soit la bonne face à un homme plein d'orgueil. La venue surprise de l'épouse de Maître Martinaud et ses révélations sur la vie ambiguë de leur couple et sur certains penchants de son mari pour l'une des fillettes ne font plus de doute pour Gallien sur la culpabilité de du notaire. Celui-ci acculé dans les cordes par tant de preuves et de révélations, au bord de l'épuisement physique et moral, finit par avouer les forfaits. Ainsi, en une nuit, l'affaire semble close, la police semble sûre d'avoir exécuté son travail en utilisant les "on dit" et les "ragots" pour fabriquer le coupable idéal. Toutefois, avec de tels procédés, cette justice approximative provoque parfois des évènements qui font froid dans le dos...


Tout est absolument remarquable dans ce fabuleux huis-clos de Claude Miller aidé en cela par les très forts dialogues de Michel Audiard. Cet interrogatoire mené dans une pièce presque glauque d'un commissariat reste captivant et poignant de bout en bout. Les répliques, les regards et les attitudes de ces deux hommes qui s'affrontent avec un rare acharnement nous entraînent dans un climat pesant que l'intervention de Chantal Martinaud rendra plus pathétique encore. Essayer d'obtenir les aveux à l'usure est la stratégie de l'inspecteur Gallien face à un présumé coupable. Cela nous donne un inoubliable face à face Lino Ventura - Michel Serrault qui réalisent là l'une de leurs plus belles performances à l'écran. Romy Schneider est plus troublante que jamais dans son rôle d'épouse frustrée, ne pouvant contenir sa haine en devenant témoin à charge. Quant à Guy Marchand, il se montre très véridique dans ce rôle de jeune adjoint discret puis impulsif vis à vis de l'accusé. Tout cela est tellement naturel que l'on finit par entrer dans l'intimité des personnages avec ce doute sur la culpabilité du notaire que parfois l'on plaint et parfois l'on déteste sous le regard humain mais inquisiteur d'un inspecteur sûr de bien faire son boulot, réfugié dans son commissariat un soir de réveillon.

Ce très beau film de Claude Miller, monument du cinéma français, est servi par des acteurs disparus pour certains, dégage une émotion sans pareille. Beaucoup connaissent les aboutissements de cette intrigue très noire mais il y a une telle magie dans ce film que je pourrais le revoir sans cesse et je ne suis peut-être pas le seul...

Grard_Rocher
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les inoubliables., Cinéma : Entrez dans le monde du polar. et Cinéma : Entrez dans le monde du huis clos.

il y a 8 ans

66 j'aime

15 commentaires

Garde à vue
Grard_Rocher
9
Garde à vue

Critique de Garde à vue par Gérard_Rocher

Un 31 décembre, les corps sans vie de deux fillettes, violées et assassinées, sont retrouvés au milieu des dunes dans la région de Cherbourg. Ce soir- là, l'inspecteur Antoine Gallien et son adjoint...

Lire la critique

il y a 8 ans

66 j'aime

15

Garde à vue
Truman-
9
Garde à vue

Deux hommes en colère

On est le 31 décembre, dans un poste de police un notaire est interrogé par un commissaire concernant son témoignage suite a la découverte du corps d'une petite fille . Très vite on apprend qu'il...

Lire la critique

il y a 8 ans

49 j'aime

9

Garde à vue
Bavaria
8
Garde à vue

Critique de Garde à vue par Mickaël Barbato

Garde à Vue, ou comment tirer la quintessence d'un pitch minimaliste pour donner un huis-clos d'une force dramatique peu commune. Remarquablement interprété par des talents purs, et surtout...

Lire la critique

il y a 12 ans

42 j'aime

4

Amadeus
Grard_Rocher
9
Amadeus

Critique de Amadeus par Gérard_Rocher

"Pardonne Mozart, pardonne à ton assassin!" C'est le cri de désespoir d'un vieil homme usé et rongé par le remords qui retentit, une triste nuit de novembre 1823 à Venise. Ce vieil homme est Antonio...

Lire la critique

il y a 8 ans

168 j'aime

67

Mulholland Drive
Grard_Rocher
9

Critique de Mulholland Drive par Gérard_Rocher

En pleine nuit sur la petite route de Mulholland Drive, située en surplomb de Los Angeles, un accident de la circulation se produit. La survivante, Rita, est une femme séduisante qui parvient à...

Lire la critique

il y a 8 ans

160 j'aime

34

Metropolis
Grard_Rocher
10
Metropolis

- "Metropolis" dans mon "TOP 10" -

Faisons un grand pas dans le temps et allons en l'année 2026. John Fredersen, un tyran despote, étale sa puissance sur un peuple de prolétaires travaillant de la plus pénible des manières dans les...

Lire la critique

il y a 8 ans

144 j'aime

41