Avis sur

Gatsby le Magnifique

Avatar Hélèneshka
Critique publiée par le

J'étais tiraillé sur l'envie de voir ce film, j'avais adoré la version de 1974 et encore plus le roman. Du coup, une adaptation qui semblait un peu tape à l’œil et modernisée m'attirait autant qu'elle me rendait sceptique. Finalement c'était un choix parfait pour une sortie entre amis après des résultats de concours plus ou moins agréables. Après un certain nombre de verres et deux sandwichs nous partons donc pour Gatsby le Magnifique.
Le film, ça a été un peu comme les résultats: du bon, du moins bon, finalement une certaine confusion. La première partie, l'introduction des personnages, les premières fêtes de Gatsby, crèvent l'écran. L'usage d'images vives, violentes qui se succèdent avec rapidité, suivant des musiques qui claquent, même si elles ne sont pas mon genre, évoquent des soirées délirantes. L'atmosphère de surexcitation, de joie en même temps de parfaite vacuité est très bien rendue et la folie des soirées de Gatsby incroyable. Il y a un dynamisme porteur, des décors impressionants qui collent à l'ambiance et des costumes absolument superbes.
Ça se gâte ensuite, lorsque l'histoire entre Gatsby et Daisy se noue. Dans le roman déjà c'est une histoire un peu clichée, dégoulinant d'amour éternel, l'ajout de pathos avec des gros plans, des ralentis étranges et des envolés lyriques de caméra en fait un ramassis de niaiserie. Les personnages perdent alors de la crédibilité, deviennent des archétypes niais et relativement insupportables: j'apprécie Carey Mulligan mais là l'envie de la frapper est difficilement répressible, surtout qu'elle se cantonne à deux expressions: heureuse avec Gatsby, perdue/ rêveuse le reste du temps (à sa décharge le personnage même est peu sympathique). S'en tire assez bien, son mari Thomas Buchanan en salaud parfait, moins touché par le déferlement de poneys roses. La fin culmine dans le neuneu et l'ampoulé. Je ne comprends pas non plus, l'obsession sur le narrateur, dont on met en avant l'histoire après. Je suppose que ça souligne qu'il est un double de Fitzgerald mais comme il a la présence d'une huitre c'est pas vraiment bienvenue. De même les passages récurrents d'une maison à l'autre avec un espèce travelling avant ignoble sont particulièrement pénibles.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1690 fois
31 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Hélèneshka Gatsby le Magnifique