Affiche Gentleman Jim

Critiques de Gentleman Jim

Film de (1942)

The Lord of the Ring

Raconter l’histoire de personnes ayant réellement existé a, depuis longtemps, été un moyen pour divers cinéastes de se pencher sur certains sujets. En 1942, les biopics ne sont pas forcément monnaie courante, même si le monde venait, avec Citizen Kane (1941), de découvrir l’un des plus illustres représentants du genre. Un an plus tard, c’est Raoul Walsh, cinéaste émérite, qui nous... Lire la critique de Gentleman Jim

8
Avatar JKDZ29
8
JKDZ29 ·

Jim, tout nique

Recommandé il y a une éternité par l'ami Gwimdor (je vous invite à lire sa critique passionnée et passionnante) et plus récemment par Black_Key grâce à Lire la critique de Gentleman Jim

51 23
Avatar Gothic
8
Gothic ·

Critique de Gentleman Jim par Northevil

J'ai totalement adoré, une très belle histoire sur le sport, les challenges, l'amour, l'humour, mais aussi les combines et les faux-semblants. Errol Flynn est juste parfait dans ce rôle de gentleman et boxeur, très talentueux dans les deux. Il joue à merveille ce sportif, autant dans ce côté de gentleman,donnant à ce personnage un charme comme lui seul le peut. Mais en plus, on voit avec... Lire l'avis à propos de Gentleman Jim

23 1
Avatar Northevil
8
Northevil ·

Paging Mr. Corbett! Paging Mr. Corbett!

L'histoire vraie et romancée de l'ascension de James J. Corbett, jeune américain d'origine irlandaise vantard et ambitieux, depuis le guichet de sa petite banque de San Francisco à son titre de champion du monde des poids lourds glané à La Nouvelle Orléans contre Jack L. Sullivan. James fait partie de ses individus qui plie le monde à leur volonté et qui incarne le rêve américain. Une occasion,... Lire l'avis à propos de Gentleman Jim

22 9
Avatar blig
9
blig ·

Et roule flying Jim.

Deuxième Raoul Walsh avec Errol Flynn après La charge fantastique, et boum, quasiment la même. On croirait presque que le grand blondinet te somme de le suivre et que tout le monde s'exécute sans la moindre hésitation. Même d'un bagarreur prétentieux, rustre et magouilleur qui fait son malin, tout ça parce qu'il a trouvé comment voler comme le papillon et piquer comme la guêpe, Errol Flynn... Lire la critique de Gentleman Jim

42 6
Avatar drélium
8
drélium ·

La lutte c'est classe (contre classe) !

A notre gauche, Jim : fils d'immigrés irlandais dans lesquels coule un sang chargé de combat et d'alcool depuis la nuit des temps ! Fauché comme les blés, cela va sans dire, mais beau comme tout, des jambes de danseurs, des poings à cogner le métal ; mesdames et messieurs, Jim ! A notre droite, la bourgeoisie de San Francisco et à leur tête la fille du patron du Jim, la délicate Victoria Ware :... Lire la critique de Gentleman Jim

24 4
Avatar J. Z. D.
10
J. Z. D. ·

Critique de Gentleman Jim par Philistine

Ce qui est bien, avec Errol Flynn, c'est qu'il arrive à donner de la contenance à n'importe quel personnage historique ; bon, par contre, il le fait toujours un peu de la même manière. Si on résume ça dans une équation ax + b, disons que la constante, b = un personnage au culot charismatique, et a = la prétention, à x degrés. Dans Gentleman Jim, la prétention est exacerbée au point de rendre le... Lire la critique de Gentleman Jim

23 6
Avatar Philistine
8
Philistine ·

Paging Mr. Corbett, paging Mr. Corbett

Jeune employé de banque, James Corbett rêve d'ascension. Celle-ci passera par la boxe, en se riant au passage des turpitudes d'une bande de nouveaux riches, qui, quelques temps plus tôt, avaient encore le cul dans la terre. On dirait aujourd'hui qu'il les trolle d'une manière si superbe et majestueuse que Gentleman Jim devrait être le film de chevet d'un bon nombre d'apprentis. Les réactions de... Lire l'avis à propos de Gentleman Jim

16 27
Avatar raisin_ver
8
raisin_ver ·

Plus percutant qu'une droite de Mike Tyson

"Gentleman Jim" est, à mon humble goût, un film admirable. Sa réputation de chef-d'oeuvre du cinéma, il ne l'a guère volée. Véritable base du 7ème art d'aujourd'hui, le film en question fait partie de ces oeuvres intemporelles, de celles dont on parle même cent ans après leur sortie en salle, et qui marquent toujours autant, malgré le passage des années. De film culte, il en a... Lire la critique de Gentleman Jim

12
Avatar FloBerne
10
FloBerne ·

On r'met ça ?

Quand un bon marron dans la mâchoire te file la pêche ou Gentleman Jim, une péloche peuplée de grosses brutes épaisses en plein processus d’affinage. Raul Walsh, l'exemple même du bon sens, imprime sur bobine la légende d’un homme qui a su accorder art et cocard, armé de la seule l’aisance d’un danseur sur le ring pour mettre au tapis ceux qui faisaient alors la... Lire l'avis à propos de Gentleman Jim

13 2
Avatar oso
8
oso ·