Atrophie du désir...

Avis sur Gilda

Avatar Eric Pokespagne
Critique publiée par le

Classique du film noir, particulièrement cynique et désabusé, "Gilda" frappe par sa lecture de la relation très homosexuelle entre les deux personnages masculins du triangle amoureux (une relation très chargée, interprétée à l'époque comme une relation père-fils pour détourner les foudres de la censure !). C'est donc caché sous son label que le film de Charles Vidor met à nu l'entourage d'une femme fatale au charme... inopérant, et qui, rongée par sa frustration sexuelle, n'a qu'une seule satisfaction physique : la danse, qui lui permet d'extérioriser ses pulsions érotiques intimes. Sec et amer, "Gilda" est un film bluffant sur le manque d'amour et l'atrophie du désir, pas moins... [Critique écrite en 1988]

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 973 fois
11 apprécient · 1 n'apprécie pas

Eric Pokespagne a ajouté ce film à 1 liste Gilda

  • Films
    Affiche 48 Heures

    Tous les films vus en 1983

    Après toutes ces années sur SC, il était temps de publier mes listes exhaustives de "cinéphile". Les films sont classés par...

Autres actions de Eric Pokespagne Gilda