Au bout d'une heure de film, alors que je prenais ma pause clope syndicale, j'étais enthousiaste. La beauté de Rita m'enivrait, l'atmosphère délétère qui se dégageait du casino clandestin et des relations nimbées d'un mystère malsain entre les trois personnages principaux m'intriguait, l'intrigue policière dans un contexte géopolitique original promettait, l'équilibre entre tension sexuelle et humour était respecté. Au fond, mon seul reproche se portait sur Glenn Ford, sa laideur et son manque de charisme ne lui permettant pas d'être franchement crédible dans son rôle.

Ce n'est que quelques dizaines de minutes plus tard, lassé par des péripéties "je t'aime, moi non plus" vite répétitives et par un arrière-plan interlope relégué au rang d'accessoire scénaristique sous-exploité, que j'ai dû me rendre à l'évidence. Ce film n'est pas le polar vénéneux que j'espérais. Ce film est un mélodrame.
Oh, je sais bien que cela ne constitue pas un défaut en soi, Hitchcock utilise d'ailleurs le même procédé de détournement des codes du film noir au profit d'une histoire d'amour dans ses Enchaînés, œuvre que j'adule.
Seulement, cette variation sur le thème intemporel de l'amour-haine échoue à être passionnante ou troublante, la faute à un scénario finalement fort simplet et niais (la palme du cucul revenant à la fin, risible), et à des personnages dont l'épaisseur psychologique frise l'anorexie.

Restent Rita (je n'ose imaginer quelle note j'aurais attribuée si son rôle avait été confié à une disgracieuse quelconque), sublime et torride de bout en bout, qui s'illustre de plus dans quelques forts sympathiques numéros musicaux, un ou deux personnages secondaires plaisants, et quelques jolies scènes.
Cela ne pèse malheureusement pas bien lourd, d'autant plus que le potentiel était énorme.

Déception, quand tu nous tiens.

Kalian
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Top Belles Femmes et Les 50 bobines à collecter dans L.A Noire

Le 7 mai 2011

33 j'aime

28 commentaires

Gilda
B_Jérémy
9
Gilda

Il n'y a de haines implacables que celles de l'amour

-Elle ne semble avoir qu'une sympathie modérée pour vous. -Vraiment? Qu'est-ce qui vous fait croire ça. -Je connais ma femme. -Vous la connaissez. -Pourquoi montre-t-elle cette antipathie...

il y a 3 ans

44 j'aime

33

Gilda
Kalian
5
Gilda

Vide or

Au bout d'une heure de film, alors que je prenais ma pause clope syndicale, j'étais enthousiaste. La beauté de Rita m'enivrait, l'atmosphère délétère qui se dégageait du casino clandestin et des...

il y a 11 ans

33 j'aime

28

Gilda
Sergent_Pepper
5
Gilda

A star is bored

L’artificialité du film noir est un élément essentiel pour en comprendre le charme. Chez Hawks, on s’en amuse, et elle est constitutive du culot et de l’humour des personnages. Dans Gilda, elle est...

il y a 4 ans

22 j'aime

5

Bref.
Kalian
3
Bref.

Y a un pépin, le bref.

Des thèmes parfaitement consensuels et profondément inintéressants (la drague, la procrastination, l'embauche...SU-PER !). Un personnage principal de gros mou vaguement loser stupide et méprisable...

il y a 11 ans

213 j'aime

143

Blade Runner
Kalian
10
Blade Runner

She won't live...but then again, who does?

Blade Runner est l'une de ces rares œuvres que l'on ne peut facilement catégoriser sans tomber dans la simplification malhonnête. C'est une merveille de film noir. Une enquête passionnante et...

il y a 12 ans

148 j'aime

14

Freaks - La Monstrueuse Parade
Kalian
10

Les freaks, c'est chic.

J'ai toujours une certaine appréhension avant de lancer un vieux classique adulé par des générations entières. Une peur irrationnelle qui me fait craindre que le tranchant de l'œuvre ait été émoussé...

il y a 12 ans

109 j'aime

11