👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Une jeune transexuel rêve de devenir danseuse étoile.Par son extrême jeunesse (15 ans) et sa beauté angélique, le jeu de Victor Polster touche véritablement le spectateur. Le choix fait par le metteur en scène que sa famille monoparentale le soutienne sans faille est plutôt bien vu. Cela sort des clichés habituels. Le père de notre héroïne se conduit en véritable ange gardien. Ici, c'est cette prison d’un corps subi, violemment combattu et dont la métamorphose semble toujours différée qui nous intéresse. Mais, des questions importantes restent inabordées et c'est dommage. Qu’en est-il de la mère par exemple? Notre héroïne tente de faire bonne figure, en famille comme à l’extérieur. Pourtant, par ses silences, elle demeure mystérieuse. Le jeune metteur en scène n'a pas assez insisté à mon avis dans ce sens. La douceur lumineuse du jeune danseur Victor Polster s'avère très juste dans son personnage. Couronnée notamment par la Caméra d’or à Cannes cette année, le film insiste sur cette souffrance indicible. Malgré quelques scènes répétitives, nous assistons ici à une étude sur cette période de confusion ,l'adolescence .C'est aussi un beau film sur la danse, cet art où la question de l'identité entre filles et garçons recèle une part d'ambiguïté.Mais on voit surtout une personne qui souffre alors que l'entourage est aimant comme le père et le frère. Si le personnage de Lara reste bien intégrée à son école dont l'identité ne pose pas de problème, elle lutte quotidiennement à la fois avec son futur corps qui tarde à venir et dans cet exercice de la danse qui impose une discipline de fer permanente. C'est là où je trouve le choix de l'héroïne peut-être trop ambitieux et source évidente de problèmes. Avec tous ces difficultés liées au transgenre, elle aurait cherché à étudier dans une autre filière plus classique et ses problèmes auraient été peut-être moins intenses. Lukas Dhont montre bien cette tension que l'héroïne retrouve pas tant dans le regard des autres que dans celui que la jeune fille porte sur elle-même. On partage tout ce qu’elle vit parce qu’au fond c'est notre lot à tous d'avoir été adolescent, de voir notre environnement évoluer, de subir un corps qui change, de rejeter une famille qu’on adore et de chercher à se trouver tout en grandissant. Le recours à la danse tout le long du film comme moyen de représentation du rapport au corps est un peu trop redondant . On a vite compris qu'avec cette danse classique, c'est un combat quotidien que vit Lara, surtout lorsque l’on est né dans le mauvais corps comme elle, dont le but est de réaliser ses rêves.

pasteque68
7
Écrit par

il y a 3 ans

Girl
Zizou21
9
Girl

Délicat et puissant

Caméra d'Or du Festival de Cannes 2018, Girl est le premier long-métrage du réalisateur belge Lukas Dhont. Ce film expose les difficultés d'une jeune fille, Lara, à se construire malgré son corps de...

Lire la critique

il y a 3 ans

33 j'aime

5

Girl
mymp
8
Girl

Une fille au masculin

Lara a seize ans et veut devenir danseuse étoile. Lara est née garçon, est née Victor, mais Lara se sent fille, va changer de sexe en suivant un traitement hormonal puis, plus tard, une opération...

Lire la critique

il y a 3 ans

21 j'aime

Girl
JorikVesperhaven
6
Girl

Un acteur principal bluffant pour une oeuvre touchante mais trop répétitive et manquant d'émotion.

Si on ne devait retenir qu’une chose de « Girl », ce serait sans conteste l’incroyable prestation de Victor Polster en ado transgenre. Une incarnation extrême et comme on en voit que très rarement...

Lire la critique

il y a 3 ans

18 j'aime

2

Les Frères Sisters
pasteque68
9

Critique de Les Frères Sisters par pasteque68

En Oregon en 1851, tout est assurément barbare. Voilà plongé le cinéma de Jacques Audiard dans ce parcours initiatique au coeur d'un western crépusculaire. Deux frères, deux tueurs ,John C. Reilly...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

Mais vous êtes fous
pasteque68
6

Critique de Mais vous êtes fous par pasteque68

Voilà une histoire d’amour et d’addiction somme toute assez classique. L'histoire d'amour , inspirée de faits réels, est touchante. Elle bénéficie de l'interprétation brûlante de Céline Sallette et...

Lire la critique

il y a 3 ans

4 j'aime

L'Heure de la sortie
pasteque68
5

Critique de L'Heure de la sortie par pasteque68

Au début, on pense à des collégiens qui cherchent à humilier leur professeur de français remplaçant interprété par Laurent ­Lafitte, après le suicide du titulaire. Ils forment la brillante classe de...

Lire la critique

il y a 3 ans

4 j'aime