L'avis à Wiwi : "Glass"

Avis sur Glass

Avatar WilliamCloutier
Critique publiée par le

Et voilà, il est là : "Glass", le dernier film de la trilogie de Shyamalan :D Débutée avec "Incassable" suivi de "Split", "Glass" vient donc mettre un point d'orgue à une belle histoire de personnes aux pouvoirs hors du commun. Chaque titre de film faisant allusion aux 3 protagonistes principaux qui composent cet oeuvre, il fallait que "Glass" se termine sur une note qualitative au moins aussi soignée que les 2 premiers long métrages. Et bien oui : Shyamalan signe ici une belle trilogie, consistante, pleine d'humanité au final. Allez, je vous en parle vite fait sans rien vous dévoiler ;)

Le film reprend quelques temps après "Split" et Kevin, le morcelé aux 24 personnalités, continu à kidnapper des jeunes filles pour les offrir à son pendant meurtrier : la fameuse Bête. David, l'homme incassable, le héros à l'imperméable, traque la Bête afin qu'elle ne nuise plus à personne. Seulement voilà : lors d'une lutte, les 2 individus se retrouvent dans une impasse, capturés et enfermés dans un asile. C'est là que le docteur Ellie rentre en jeu avec un seul but : démontrer en 3 jours à ses 3 patients qu'ils n'ont pas de dons surnaturels. J'ai dit 3 ? Ah bah oui, il y a aussi celui dont les os se brisent comme du verre, devenu un vrai légume (en apparence ?), ancien terroriste/meurtrier de masse à l'intellect supposé hors du commun : Elijah (celui qui se surnommera Glass plus tard dans le film).

Le décor est fixé et Shyamalan reste fidèle à lui même : de ses codes habituels de réalisation mettant en avant la thématique des couleurs aux plans volontairement lancinants, il nous distille goutte à goutte une narration qui nous tiendra en haleine et nous fera passer de révélations en retournements de situation jusqu'à la fin du film. Une fin qui fera penser à celle de "Watchmen", une fin qui a de la classe, une certaine ouverture, un état d'esprit. L'histoire connectée de ces 3 films est vraiment mise en valeur et pleinement utilisée, nous faisant comprendre qu'il y avait derrière tout ceci beaucoup plus que ce qu'on avait planifié. On reste surpris, agréablement surpris.

De la famille aux liens qui nous unissent en tant qu'individus, "Glass" porte aussi nombre de messages de tolérance et d'acceptation de soi. Son final, touchant et réfléchi, fini de donner le coup de pinceau à ce bloc qui nous dépeint une vision d'une société qui se cache d'une évolution qui se faisait discrète jusqu'alors (et vous saurez pourquoi en regardant le film et le trèfle noir...). Bruce Willis/ David Dunn reste taciturne et dans ce qu'il sait faire de mieux lol. Samuel L. Jackson/Elijah Price aka Mister Glass est parfait dans son rôle et sait tromper son monde ainsi que le spectateur (Lesson 12 : Is Elijah really a bad guy ? No it isn't.). Mais la palme revient à James McAvoy et ses 24 personnalités. Déjà bluffant dans "Split", il est vraiment renversant dans "Glass", c'est très très fort. Je n'ose imaginer les efforts déployés pour rester focus sur chacune de ses personnalités...
Petit aparté : Anya Taylor-Joy/Casey, charismatique, magnétique, Gabin et moi on te fait des bisous :*

Dense, humain, "Glass" vient mettre un point final à une belle saga pleine de charme et de propos. Porté par un McAvoy véritablement impressionnant, révélant ses mystères à mesure que s'approche le dénouement, on tient là un conte moderne réussi sur les super héros. Du beau Shyamalan, c'était Wiwi, à vous les studios !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 576 fois
2 apprécient

Autres actions de WilliamCloutier Glass