Avis sur

Gloria Mundi par Mots_Passants

Avatar Mots_Passants
Critique publiée par le

Encore un film de notre Ken Loach marseillais comme l'ont dit et écrit certains :) Il est vrai que ces deux réalisateurs livrent toujours un constat comparable sur ce que notre société est devenue avec le triste "triomphe" de l’ultralibéralisme.

Il faut aimer ce type de film qu’on qualifie à juste titre de ”militant” mais Robert Guédiguian est toujours en colère, il n'est pas prêt de se calmer et continue son travail ”engagé”. J’ai pratiquement vu tous ses films et j’ai bien aimé l’ensemble de ses réalisations.

Nous avons droit cette fois-ci à une nouvelle ”fable sociale” visant à dénoncer notre monde. A montrer surtout ce qu’il est devenu, où tous les personnages exploités qui ne peuvent que survivre au lieu de vivre (plus que jamais avec notre société de consommation) voudraient une vie meilleure que celles d’esclaves.

Comme l’a dit Robert Guédiguian lui même lors d’une interview, son film vise à dépeindre ce qui conduit aujourd’hui parfois dramatiquement la jeunesse étant donné que ”la nécessité du partage a cédé la place à ce fléau mortel qu’est la volonté de chacun de posséder ce que les autres possèdent”... voire même plus encore puisque certains en sont même arrivés à dépenser bien davantage pour le superflu que pour l’essentiel, et ce depuis un moment.

Il dépeint dans ”Gloria Mundi” une famille plus ”petitement moyenne” que vraiment très misérable, mais en ”survie”.

Les trois personnages ”principaux” sont Sylvie, Robert et Daniel (Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin et Gérard Meylan, impeccables comédiens tous les trois).

Sylvie a deux filles : Mathilda, dont le père est Daniel (incarcéré pendant 25 ans) et Aurore dont le père est Robert.

Mathilda est en couple avec Nicolas (A. Demoustier et Robinson Stévenin) et Aurore est en couple avec Bruno (Lola Naymark et Grégoire Leprince-Ringuet) un affairiste à la petite semaine (et le personnage le plus détestable de l'histoire).

Mathilda vient d’avoir un enfant, une petite fille prénommée Gloria. Sylvie le fait savoir à Daniel, qui est le grand père, comme le lui a proposé Robert. Daniel à ce même moment va sortir de prison.

Sur les deux jeunes couples, l’un s’en sort, financièrement et surtout toute morale mise à part, bien mieux que l’autre. Les deux demi-soeurs n’ont rien en commun et ne s’apprécient guère. Rien que la scène à la maternité donne le ton...

Alors que Sylvie fait tout pour que les siens ne connaissent pas la misère qui fut la sienne. Sylvie qui, plus que tout, espère que la famille étant à ses yeux la dernière forteresse contre la dégradation des rapports humains, restera soudée, que ses enfants sauront se serrer les coudes, ne va pouvoir que déchanter.

C’est finalement Daniel qui va se sacrifier et repartir en prison (alors qu'il n'est pas le coupable) pour permettra à son beau-fils Nicolas (qui a tué Bruno) d'assumer le rôle d'époux et de père que lui-même n'a pas pu exercer vis-à-vis de Sylvie et Mathilda

Toutefois, même si le film reste plutôt pessimiste avec un réalisme cruel sur notre société, le geste de générosité, d'abnégation et d’humanité de la dernière scène sauve avec une bouleversante émotion la noirceur de l’histoire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 75 fois
2 apprécient

Autres actions de Mots_Passants Gloria Mundi