À fond les ballons !

Avis sur Go Fast

Avatar SNBlaster
Critique publiée par le

Deux ans après avoir réalisé son « Dikkenek », véritable objet cinématographique non-identifié, Olivier Van Hoofstadt change complètement de registre pour s'attaquer au film policier à l'ancienne, authentique, pris sur le vif. Le réalisateur belge oriente toute l'essence de son film sur ce point : la recherche du réalisme pour enrober une intrigue, certes basée sur des faits avérés, mais avec un soupçon de dramaturgie pour harmoniser l'histoire. Ainsi, le métrage présente une réalisation très classique et minimaliste, sans fioriture, loin de ce que l'on peut imaginer quand on associe le genre du cinéma d'action avec la maison de production EuropaCorp. La mise en scène retranscrit fidèlement ce que les caméras filment sans aucun effet de style. Le découpage, le montage et le cadrage suggèrent le docu-fiction en lui empruntant son style de réalisation : nombreux cuts, montage sobre, cadre en mouvement, caméra à l'épaule, très gros plans, zooms, mises au point...

Et comme un docu-fiction ou bien un reportage policier, on ne prend pas le temps de s'attarder sur les détails. Tout va très vite. Le montage compile les évènements dans un enchaînement effréné qui ne permet aucunement de développer les personnages, l'intrigue et son univers. Un long-métrage très court, 1h23 au compteur sans le générique, prêt à être posté en 480p sur la chaîne YouTube de Police Action. Malgré tout, « Go Fast » est loin d'être ridicule. Même si on aurait préféré que la direction artistique prenne un peu plus de temps pour assurer le développement de l'histoire et le traitement des thématiques et des personnages - à condition que cela soit utile et correctement fait -, le film trace sa route sans trop difficulté.

On comprend immédiatement ce que l'on voit, où l'on est, quels sont les enjeux, où est-ce que cela nous mène. À ce niveau-là, il n'y a aucun problème, c'est efficace. Le scénario, somme toute donc très basique et peu fourni, évolue avec fluidité. Seul bémol : c'est rapide, très rapide. Toute l'histoire s'enchaîne sans aucun repos et jusqu'à la fin. Le dénouement est très précipité et la séquence finale un peu trop niaise dans le registre guimauve avec les deux agents infiltrés qui se retrouvent après la mission comme un joli petit couple... On suit l'intrigue durant 1h10, jusqu'à la scène de go-fast sur l'autoroute française, et soudainement s'enchaînent une intervention policière au niveau d'un péage d'autoroute, une fusillade, une arrestation, et le film se termine subitement une ou deux minutes plus tard.

On reprochera tout de même certaines facilités dans le travail d'écriture. Par exemple, le fait que le personnage de Roschdy Zem se retrouve embarqué dans ce gang à traverser la France, l'Espagne et le Maroc trahit une fébrile volonté, trop peu dissimulée, de filmer une infiltration. Car finalement, tout ceci était-ce vraiment nécessaire ? La B.R.I et l'OCTRIS semblent plutôt bien maîtriser la situation. Ils connaissent le nom et le visage des truands, leurs positions, leurs véhicules, leurs lieux et routes de prédilection. En soi, la présence d'un agent infiltré ne leur apporte pas grand chose de plus. Slimane alias Marek ne fait que passer un coup de téléphone de temps à autre. Toute cette affaire d'infiltration est là pour le spectacle et pour essayer de légitimer un fil conducteur en référence à l'histoire de vengeance de policiers abattus du début de film. Son intervention ne paraît pas du tout indispensable au bon déroulement des évènements. D'autant plus qu'il n'y a pas qu'un agent infiltré dans cette histoire, mais deux, c'est un peu gros.

Disons que dans tout cela, il y a quand même un intérêt : bien que romancée, l'intrigue nous permet de voir avec un œil plutôt neutre mais très furtif quels sont les véritables moyens disponibles par la police pour travailler, dans quelles conditions ils opèrent, comment se déroule le recrutement et l'entraînement des agents de la B.R.I, comment fonctionnent le commerce de la résine de cannabis et les go-fast dans les grandes lignes. En revanche, les séquences d'action laissent un peu à désirer. Elle manquent de lisibilité, la mise en scène est très brouillon et cela nous rappelle malheureusement les mauvais côté des documentaires faiblards filmés à l'épaule : le cadrage est désastreux, il n'est pas réfléchi et le capte pas tout le sel de la séquence, et le montage en rajoute une couche en tentant de rendre une image un peu dynamique. Quant au jeu des acteurs, il est convenable et convainquant, aucun comédien ne semble trop en faire. On constate vraiment que l'on est dans un polar français parce-qu'aucun personnage ne daigne sourire ne serait-ce qu'une seconde, tout le monde tire la tronche comme pas possible.

En définitive, « Go Fast » est un petit film d'action policier franco-belge très correct pour un budget raisonnable de moins de 10 millions d'euros. Son côté docu-fiction pris sur le vif lui donne sincérité, authenticité et fluidité pour une intrigue simple mais efficace. Le tout est accompagné d'une bande originale assez atypique pour le genre avec des sonorités qui sonnent très électro des années 2000, on relève notamment le morceau « Get Innocuous ! » de **LCD Soundsystem que tout le monde ou presque a déjà entendu puisqu'il a été réemployé par le grand médium d'info-divertissement Konbini dans son format « Fast & Curious ».

Le métrage ne prend pas le temps d'étoffer son propos, son univers et ses personnages ; l'arc narratif principal du scénario - l'infiltration - est très artificiel et se contente d'être une transition dispensable entre l'élément déclencheur du début et l'instant de résolution du dénouement ; et les séquences d'actions ne sont pas tournées avec une grande maîtrise technique, elles transpirent l'hésitation et l'amateurisme dans ce domaine-là. Il n'empêche que cela demeure un film fort sympathique et respectable pour le registre en question. En dépit de la précipitation, Van Hoofstadt raconte ce qu'il souhaite raconter promptement, sans fioriture ni effet de style inutile. Le résultat en est tout à fait satisfaisant de par sa franchise, son efficacité et sa sobriété assumée.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 98 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de SNBlaster Go Fast