Zaya! Quels seins, avouez !

Avis sur Gods of Egypt

Avatar Kenshin
Critique publiée par le

Pas plus tard que ce matin, mon ami Babyface, qui est peut-être encore inscrit sur Sens Critique, réagissait à mon statut à propos de Gods of Egypt via sms.
Ou comment savoir garder le fil sous plusieurs médias de communication.

Mdr, tu t'attendais à quoi avec god (sic) of egypt??

Bah à un nanar justement. Le nanar fait plaisir en général. Une sorte
de plaisir coupable.

Voilà ce que je voulais voir.

Mais ce ne fut pas le cas, tu t'en doutes, car sinon j'aurais lâché mon petit 1 des familles auréolé d'un cœur tout d'affection rempli.

Entre effets spéciaux numériques trop souvent indignes des possibilités actuelles, rarement à la hauteur de ce qu'on est en droit d'avoir aujourd'hui, scénario sombrant dans la mièvrerie anti-epicness, aucun lien fils unique, et décolletés allant à ravir à la poitrine de Courtney Eaton.

Poitrine qui par chance sera fort bien cadrée pendant les premières vingt minutes du film, où chaque apparition de la brune, le cadreur saura composer ses plans autour de ces deux globes de chair, chers à mes yeux.

Oui, nous sommes aussi en droit de râler car le derrière d'Élodie Yung n'est pas assez mis en valeur par contre, sauf dans une scène où il est fait allusion de son pouvoir de séduction. Thot demande à Hathor de se retourner sous prétexte que ses yeux ont le pouvoir de séduire en un battement de cils.

Mais la déesse n'est pas dupe, elle sait qu'il préfère la voir de dos. Et moi aussi d'ailleurs, et je ne suis pas peu fier de te dire que j'apprécie de partager ce point de vue avec le dieu de la sagesse.

Je crois que leur amour bat de l'aile.

C'est le titre que j'aurais pu garder, l'altercation entre Seth et son ex-femme Nephthys, m'inspira cette blague de fort mauvais goût, mais que veux-tu c'est le mien.

Finalement plus que tout le reste des défauts du film, et ils sont légion, ce qui me chagrine le plus c'est son incapacité à nous offrir un spectacle qui ne se prend jamais au sérieux, qui éviterait d'être grandiloquent.
Un film plus décontracté du zguègue où le héros tenterait quelque chose de plus badass que de d'héroïque.

Comme par exemple ce moment où Horus comprend qu'il n'a pas besoin de son second œil pour se transformer (après avoir sauvé Bek dans un geste désintéressé), et par là même achève son voyage initiatique en devenant le dieu dont les humains ont besoin (mais que c'est beau) alors qu'il aurait pu se jeter dans le vide, rattraper son deuxième œil que Bek lui avait envoyé au péril de sa vie, et l'incrustant dans son orifice, retrouvant ses pouvoirs et volant à la rescousse de Bek.

D'abord égoïste puis altruiste. Mais visiblement ça demande des couilles…

On ne gardera que peu de souvenir de Gods of Egypt, et nous ne nous en plaindrons pas.

Cependant, si Proyas est chaud pour une adaptation de SilverHawks, je crois qu'il a déjà, avec Gods of Egypt, réalisé son coup d'essai.

xoxo

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1256 fois
21 apprécient · 6 n'apprécient pas

Kenshin a ajouté ce film à 3 listes Gods of Egypt

  • Films
    Cover En bonne compagnie.

    En bonne compagnie.

    http://fr.muzeo.com/reproduction-oeuvre/gustave-eiffel-mr-et-mme-salles-et-trois-autres-personnes-autour-dune-table-a

  • Films
    Cover Kikou la Classe, j'ai le Pass

    Kikou la Classe, j'ai le Pass

    Parce que cette année, les cinémas Aixois, dont la programmation est satisfaisante (vo, choix), sont entrés dans l’univers...

  • Films
    Cover 2016 - Films vus.

    2016 - Films vus.

    2014 > http://www.senscritique.com/liste/2014_Films_vus/364998 2015 > http://www.senscritique.com/liste/2015_Films_vus/721085 C...

Autres actions de Kenshin Gods of Egypt