Je sais pas pourquoi, mais j'adore ce film...Enfin si, je sais pourquoi. Et j'vais vous l'dire!

Avis sur Godzilla

Avatar Alexandre Gibier Verrier
Critique publiée par le

Godzilla, de Gareth Edward (II) raconte l'histoire d'un jeune soldat de la marine US qui se retrouve pris dans la tourmente provoquée par le réveil par des scientifiques de créatures immenses qui poussent Godzilla à émerger à nouveau pour venir les tabasser.
Alors, des défauts, ce film en a. Tout le début avec l'acteur de Breaking Bad, l'histoire entre le père et le fils n'apporte pas vraiment grand chose au gros de l'histoire, et les éléments nécessaires au scénario qui s'y trouvent auraient gagné à être résumés en un temps plus court.
Mais une fois cette première demi-heure passée, à partir du moment où les créatures sont libérées, le film devient grand.
Alors, beaucoup de personnes ont gueulé à sa sortie parce qu'on voit pas beaucoup Godzilla, que l'histoire se concentre sur un soldat US et sa quête assez basique de personnage gentil lisse, que ça pète pas comme dans Pacific Rim ou le Godzilla de 1998. Mais c'est normal!!
Gareth Edward (II) (j'adore ce II alors je le met partout) a réalisé, avant ça, Monsters, un road-movie se déroulant dans un monde infesté de monstres, et devinez quoi? On voit jamais les monstres, et le public avait gueulé. Faudrait commencer à comprendre que Gareth Edward (II) n'axe pas ses films sur les monstres, mais aux humains qui leur font face.
Leur font face, ou plutôt essaient de leur survivre, ne pouvant rien faire contre eux. Car oui, Godzilla frappe pile ici: les humains déclenchent une menace contre laquelle il ne peuvent rien. Et non seulement le combat que se livre la Nature (comme cela est expliqué) ravage ce qu'ils ont créé sans qu'ils puissent rien n'y faire, mais en plus, dès qu'ils essaient de régler la chose par eux-même, ça ne fait qu'empirer les choses.
Godzilla n'est pas un défouloir à effets spéciaux, c'est un film qui nous remet à notre place: nous sommes tout petits, et nous ne pouvons rien faire face à la furie de la nature. En bref, on est des crottes.
Quant à ce soldat américain, joué par Aaron Taylor-Johnson (Kick-Ass) c'est vrai qu'il est trop gentil, voir candide, mais je le trouve attachant. Et c'est le but, suivre ce personnage qui n'a rien demandé à personne mais qui se retrouve quand même dans la purée. Et pis il veut sauver Elisabeth Olsen, si c'est pas un argument de poids!
On reste du côté des belles choses, les effets spéciaux sont démentiels. C'est pas du Pacific Rim où on en voit partout (d'ailleurs j'adore ce film aussi), ici les monstres sont gigantesques et filmés à vue d'homme: on ne voit quasiment jamais godzilla en entier, ce qui accroit son gigantisme! Cette scène du pont en bois, oh mon dieu!
Et pour en terminer avec cette critique, je parlerai de l'ambiance qui se dégage du film...celle d'un film catastrophe. Non seulement les plans sont plutôt lents, on a bien le temps de voir les monstres (ou plutôt des bouts de monstres) quand il évoluent en se fichant carrément des humains, mais le sound design démoli ta maison à grand coup de tricycle! Le son qu'émettent les insectes est tout nouveau, le silence pesant des scènes de destruction nous étouffe et nous rend encore plus petits...et puis y'a le cri de Godzilla!!!!!
Conclusion? Regardez Godzilla. Dans de bonnes conditions. Ne vous laissez pas abattre par le début, et laissez-vous violer par la puissance des bestioles.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 158 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alexandre Gibier Verrier Godzilla