Interdit au plus de 10 ans

Avis sur Godzilla

Avatar HugoShapiro
Critique publiée par le

Ce que j'écris ici, relèvera presque de la critique d'enfance, celle que j'aurai fait quand j'avais eu 7 ans et que je venais de sortir de la salle du Pathé Belle Epine.
Indéniablement j'étais la cible parfaite pour ce film, assez intelligent pour comprendre les ressorts du film, mais culturellement assez retardé pour ne pas m'indigne d'un pompage honteux de "Rencontres du troisième et type", "King Kong" et "Jurassic Park" (car oui j'ai vu Godzilla avant Jurassic Park).
De toute évidence, malgré de grands pas dans la maturité s'étant fait depuis, je ne pourrai cesser de regarder ce film de facon nostalgique, un peu comme d'autres ont regardés "Le choc des titans" de 1981 avant moi.
D'ailleurs tout comme "Le choc des titans", les effets spéciaux ont pris un tel coup de vieux qui leur en vient un charme Kitsch. Il n'y a qu'a voir la poursuite hélico/godzilla en plein milieu du film, c'est en tellement ridicule que ca en devient touchant.
Si la 3D de "Jurassic Park" a tellement bien vieillie qu'elle pourrait donner des lecons aux infographistes modernes, celle de Godzilla donne tout juste l'impression de sortir de la première Playstation.
Mais ce n'est pas grave.
Le film n'est qu'un gigantesque nanar, qui s'avère un fourre tout d'idées totalement punk pour l'époque.
Faire un film ou tout l'humour repose sur les épaules d'Hank Azaria: CHECK
Ressuciter Ferris Bueller en lui confiant le premier role d'une production a 120 millions de dollars CHECK
Demander à son équipe de balancer la purée niveau pluviotte pendant tout le tournage pour faire du Akira Kurosawa. CHECK
Parler des essais de Mururoa dans un divertissement no brainer: CHECK.

Du coup, Emmerich a beau faire de la copie, prouver qu'il n'a aucun talent, et se foutre de notre propre gueule à nous les français, en nous présentant comme des incapables obligés de s'en remettre à l'armée américaine pour sauver leur culs, je m'en contre fous.
Godzilla fait dans la débilité tellement hors norme que ca en devient affectueux.
Et Roland savait comment me faire plaisir quand j'étais gamin en me pulvérisant le Madison Square Garden et en me faisant une course poursuite en taxi à la fin complètement dingue.

Roland aura signé des mauvais films, beaucoup de mauvais films. Godzilla aura au moins eu le mérite de venir me toucher au bon endroit et au bon moment. Je plains les autres qui n'ont pas eu cette chance.
Même si je reconnais que les Godzilla originaux sont juste cent fois mieux, même dans la catégorie nanar.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3138 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de HugoShapiro Godzilla