Avis sur

Godzilla II : Roi des monstres par Wolvy128

Avatar Wolvy128
Critique publiée par le

Pratiquement 5 ans jour pour jour après la sortie de Godzilla, voilà que débarque sur nos écrans Godzilla 2 – Roi des Monstres, sa suite – presque – directe. Pour l’occasion, le cinéaste Gareth Edwards (Monsters, Rogue One – A Star Wars Story) laisse sa place de réalisateur à Michael Dougherty. Un choix anodin mais lourd de conséquences puisque là où le Britannique proposait une dimension visuelle extrêmement soignée, caractérisée – entre autres – par une direction artistique sublime et une mise en scène d’une belle finesse (jouant notamment admirablement bien sur les échelles), l’Américain délivre, quant à lui, une réalisation, certes généreuse en affrontements, mais complètement dénuée d’identité et de personnalité. Il en découle, dès lors, des plans relativement spectaculaires mais n’atteignant toutefois jamais le niveau d'excitation du précédent volet, d’autant plus que ceux-ci souffrent la plupart du temps d’un manque cruel de lisibilité. Un défaut que l’on peut aisément amputer à la mise en scène, bien sûr, mais aussi au montage qui propose en l’occurrence un découpage de l’action pour le moins laborieux. Cela dit, il faut également le reconnaître, certaines séquences de destruction massive valent néanmoins le détour par leur amplitude absolument démesurée.

Si l’on appréciera la volonté louable de proposer un long-métrage résolument tourné vers le spectaculaire, on regrettera en revanche l’extrême pauvreté de l’écriture. Incapable de distiller la moindre tension, la faute notamment à l’absence d’enjeux significatifs, le scénario brille en effet surtout par son manque de consistance et sa richesse en ficelles/incohérences. Même le drame familial, qui aurait pu constituer la fibre émotionnelle nécessaire au bon fonctionnement du récit, peine à convaincre. Il faut dire que malgré l’implication des acteurs, corrects Kyle Chandler, Vera Farmiga et Millie Bobby Brown, les personnages manquent tellement d’épaisseur dramatique qu’ils ne suscitent aucun attachement particulier. De quoi rendre totalement vains les gestes de bravoures et autres actes de sacrifice. Quitte à partir sur un film généreux en affrontements titanesques, il aurait peut-être mieux valu se concentrer sur les monstres, et les enjeux planétaires qu’ils impliquent, plutôt que de revenir sans cesse à cette fresque familiale bien terne. Surtout que contrairement à Edwards, Dougherty ne parvient jamais non plus à susciter de l’empathie pour ses monstres, rendant par conséquent les aventures de Godzilla bien inoffensives.

Suite – presque – directe du film de 2014, Godzilla 2 – Roi des Monstres est donc un blockbuster, certes généreux en affrontements, mais totalement dénué d’identité et de personnalité. Incapable de distiller la moindre émotion, tant pour les protagonistes que pour les monstres, le film ne convainc pas plus sur le fond que sur la forme. Reste cependant quelques plans saisissants.

https://cinerama7art.com/2019/06/03/critique-godzilla-2-roi-des-monstres/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 117 fois
1 apprécie

Wolvy128 a ajouté ce film à 1 liste Godzilla II : Roi des monstres

  • Films
    Affiche La Favorite

    Cuvée 2019

    Avec : La Favorite, Creed II, Colette, Glass,

Autres actions de Wolvy128 Godzilla II : Roi des monstres