👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La carrière de David Fincher ne serait peut-être pas ce qu’elle est aujourd’hui si le réalisateur d’Alien 3 (1992) avait abandonné le milieu du cinéma, la Fox ayant massacré son travail à l’époque. Dirons-nous même que cela lui a permis de s’émanciper, lui permettant film après film de développer ses propres thèmes, qui si ils étaient en rapport avec leurs époques respectives, ont aujourd’hui évolués pour coller d’autant plus à notre réalité. Le cinéma de David Fincher est quelque peu névrosé, constamment obnubilé par la façon dont la société agit sur ses personnages principaux et la manière qu’ils auront d’en bouleverser les règles pour y survivre. De The Game (1997), en passant par Fight Club (1999), Zodiac (2007) ou The Social Network (2010), l’idée d’un homme qui agit en solitaire pour établir ses propres règles est constamment mise en avant, qu’il s’agisse d’un schizophrène, d’un tueur en série ou d’un étudiant en informatique. Même à travers un film de commande tel que Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes (2011), Fincher arrive à instaurer cette idée d’un code (souvent informatique) qu’on bouleverse pour qu’il soit à notre image, qu’il nous apporte la stabilité que la société nous empêche d’acquérir. Avec sa dernière production en date, Gone Girl, le réalisateur continue d’enfoncer le clou, jusqu’à en faire une œuvre somme qui pourrait bien être sa plus grande jusqu’ici.

A Social Manhunt

Désormais, contrairement à l’omniprésence de l’informatique dans The Social Network et Millenium…, Fincher semble vouloir exercer un retour aux sources des récits à grand suspense. A travers un récit de manipulation, son approche très hitchcockienne des événements tend à remettre en valeur ces personnages traînés dans la boue, souvent aux prises d’une machination qu’ils devront mettre à jour. Et en cela, Nick Dunne (Ben Affleck) ressemble à s’y méprendre à Roger Thornhill (Cary Grant), le héros de La Mort Aux Trousses (1959). Plus de cinquante ans séparent les deux personnages, pourtant on y retrouve ce même caractère pince sans rire, séduisant mais quelque peu antipathique, rusé et débrouillard. Les gangsters disparaissent pour laisser place à des présentateurs télé prêts à dévorer leur proie et le peuple agit en pure logique réactionnelle, prêt à sacrifier un homme sur l’autel de la décence. Seules les forces de l’ordre agissent dans leur habitude soupçonneuse, cherchant indice et preuves que l’homme qu’ils ont sous les yeux est bien le coupable. En somme, Gone Girl est une chasse à l’homme sans la moindre scène de poursuite, les codes modernes (du cinéma comme de la société) ayant évolués vers une nouvelle forme qui mérite réflexion.

Les Apparences

Le sempiternel code que Fincher s’emploie à mettre en œuvre dans ce film est en parfaite cohésion avec celui qu’il développait dans ses deux derniers, ayant évolué vers une forme ingrate et désastreuse. The Social Network avait cette qualité de dépeindre un personnage à travers sa fuite du réel, de montrer à quel point son obsession de modifier les règles à sa mesure l’a amené à créer un nouveau monde sur lequel il n’a plus aucun contrôle. Sans jamais prononcer le nom de Facebook, les personnages de Gone Girl sont pourtant obsédés par ses systèmes qu’ils utilisent soit de manière inconsidérée, soit délibérée dans le but d’obtenir le contrôle ou d’y trouver une personnalité nouvelle. Obnubilés par leur image, les personnages écrits par Gillian Flynn (auteure du roman adapté) sont alors représentatifs d’une Amérique moderne perdue dans son image privée et celle qu’elle reflète aux autres. Une porosité entre vie privée et publique tellement ‘’normale’’ aujourd’hui qu’elle ne choque personne, mais qui sera décriée par l’extrême violence des actes que le scénario nous présente de but en blanc. Tout y est froid, tellement clinique que l’époque décrite dans le film, derrière ses atours de perfection, ne semble être propice qu’aux actes inhumains.

En somme, c’est bien ici qu’on trouve au film de Fincher sa plus grande force, dans ce mélange divertissant et profondément cynique lui permettant de rester fidèle à ses idéaux tout en instaurant un malaise profond au public qui verra ici un reflet monstrueux de ce qu’il est. Dans la capacité d’insérer dans l’intime une grande dimension sociétale, les névroses de tout un monde évoluant en ligne droite sans regarder autour de lui. Au départ isolé du groupe, le personnage Fincher-ien devient multiple, ayant atteint son but premier : re-codifier le monde à sa mesure, quoiqu’il en coûte. Un narcissisme poussé à son paroxysme, donnant le héros à se voir partout où il regarde : « Ce qui m’a intéressé, c’est l’idée du narcissisme comme un moyen de sceller deux personnages ensemble. La notion du comment on projette le meilleur de nous-même sur l’autre, pas seulement pour séduire la personne idéale, mais aussi pour qu’elle corresponde parfaitement à notre reflet narcissique. » (1)

(1) Traduit de l’anglais. In «10 things we learned about David Fincher and ‘Gone Girl’ at Film Independent Festival», Indiewire, 10 oct. 2014. (http://tinyurl.com/njmujbt)

Florian_Bodin
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Top 10 Films, Année 2014 - Cinéma, Ma collection de Blu Ray/DVD, Les meilleurs films de David Fincher et Les meilleurs films de 2014

il y a 6 ans

5 j'aime

Gone Girl
Sergent_Pepper
8
Gone Girl

Amy pour la vie

Brillantes, les surfaces de verre et les chromes étincelants des 4x4 d’une suburb impeccable du Missouri. Brillante, la photographie d’un univers bleuté, haut de gamme, au glacis de magazine...

Lire la critique

il y a 7 ans

210 j'aime

22

Gone Girl
Gwimdor
8
Gone Girl

Lettre ouverte...

David Fincher, Il a fallu attendre que tu entres dans ta cinquième décennie pour réaliser ton plus beau film, il faut dire que contrairement à certains je ne t'ai jamais réellement voué un culte...

Lire la critique

il y a 7 ans

177 j'aime

12

Gone Girl
Docteur_Jivago
8
Gone Girl

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

Lire la critique

il y a 7 ans

167 j'aime

29

A Ghost Story
Florian_Bodin
10

Laisser sa trace

A lire sur Cinématraque Nous avons tous perdu l’être aimé, dans la mort ou dans la rupture. Quand un couple se divise, ce n’est pas simplement une relation qui s’arrête, mais tout ce qu’elle a...

Lire la critique

il y a 4 ans

22 j'aime

6

Monuments Men
Florian_Bodin
4

Art mineur

Depuis plus de cinquante ans, les films sur la guerre sont présents dans l'histoire du cinéma. Justement parce qu'ils servent, en général, à juger, critiquer, remettre dans un contexte ou même...

Lire la critique

il y a 8 ans

22 j'aime

Vanilla Sky
Florian_Bodin
9
Vanilla Sky

The little things

Ce n’est pas si souvent qu’un remake soit pertinent et intelligent. Et qu’il soit en plus si bien pensé qu’il arrive à rester encore dans un coin de notre esprit quelques jours après le visionnage...

Lire la critique

il y a 8 ans

20 j'aime

1