👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Coup de coeur surprise pour ce pamplhlet cynique et amoral jubilatoire tellement inattendu.....

Bien le bonjour à tous

Enfin un bon film !!!! Enfin !!!! Pourquoi autant de torture avec des merdes de Cannes ? Pourquoi ? Voilà enfin un film qui me pousse à écrire ma critique sur ce véritable coup de cœur très récent datant de samedi dernier.

Juste deux mots : David Fincher. Je n’étais pas particulièrement enthousiaste à l’idée d’aller voir ce film et pourtant… Quand j’y repense je me dis qu’il n’est jamais vain de se déplacer pour un film de David Fincher. Ce mec, soit son sujet ne m' emballe pas plus que cela, et dans ce cas là, je passe juste un très bon moment grâce à sa somptueuse manière de filmer et de monter (ce fut notamment le cas de « The Social Network », " Benjamin Button " ) ; soit son sujet m’intéresse et dans ce cas là, je grimpe presque littéralement au rideau (« Se7en », « Fight Club », « The Game »). Peut-être fut-ce la déception qu’a été pour moi son dernier « Millenium » qui m’avait fait perdre de vue cette réalité (mais dans ce cas particulier, la souffrance est surtout venue du fait de voir un film juste sympa de la part de Fincher et filmé de manière classique, sans réelle originalité. ) Il n’empêche que, après ce « Gone Girl », tout est redevenu clair dans mon esprit. Ce n’est pas compliqué. Qu’il est bon de tomber sur un gars qui ne fait pas d’esbroufe, qui mesure ses effets subtilement, qui ne fait rien au hasard… Ce genre de réalisation maitrisée sur le bout des doigts nous oblige à être sensible à tout, sans ne jamais ressentir cette frustration d’avoir fourni un effort pour rien ( n' Est-ce pas Cannes ? N' Est-ce pas Lynch ? N' Est-ce pas Hanneke ? ).

Le film se met en place progressivement, sur un rythme minutieux, le temps de nous permettre de questionner ce qu’on voit et surtout qui on voit. Comme dans tout bon thriller, on a déjà toutes les clefs de compréhension entre les mains dès le départ, le déroulement du film ne sert qu’à nous faire prendre conscience que l’essentiel nous échappait jusqu’à présent. Alors certes, le film est pétri de retournements que beaucoup pourraient trouver trop gros ou trop artificiels. Moi-même j’avoue qu’à certains instants je pouvais vivre certains rebondissements comme un début de douche-froide par rapport au plaisir ressenti, mais finalement il n’en fut rien, et cela essentiellement pour trois raisons.

Tout d’abord, il faut bien avouer que ce nombre de revirements permet à l’intrigue d’être plus riche et donc plus dense, ce qui a un effet non négligeable sur le rythme. Mais aussi, l’ensemble de ces revirements m’ont permis de me retrouver dans une situation que j’adore au cinéma et qui est malheureusement trop rare : ne pas vraiment savoir ce qu’il va se passer !!! Fincher pour le coup a suffisamment de matériau pour anticiper notre rapidité d’esprit et ainsi apporter une résolution à un mystère posé plus rapidement que prévu lui permettant pour le coup de poser un mystère nouveau. Enfin – et c’est finalement l’essentiel – tous ces revirements, aussi rocambolesques puissent-ils parfois paraître, se font au service d’un propos. Or, si un retournement de situation peut parfois risquer de rompre le fameux pacte de suspension volontaire d’incrédulité chez le spectateur, il ne rompt pas la cohérence d’une exploration que je trouve très osée : celle de l’hypocrisie ultra-malsaine à laquelle peut conduire cette norme qu’est le mariage. Franchement, aborder un sujet comme ça, sous cette forme là , et pour lui faire dire ça, je trouve ça juste incroyablement culotté… et même insolemment culotté parce qu’en plus il faut que ce soit maitrisé de mains de maître. Le dernier film m' ayant retourné à ce ppint sur le mariage étant Eyes Wide Shut de Kubrick....

J’ai trouvé le truc tellement bon que – ô miracle ! – Ben Affleck ne m’a même pas insupporté. Pire son personnage à mi chemin entre celui qu’on a envie de baffer tellement il fait faux, mais qu’on a quand même envie d’aimer parce que malgré tout, il est aussi faux dans sa façon d’être faux, c’est au final un personnage qui correspond plutôt bien à l’acteur. Pour une fois, jamais Ben Affleck n’aura été aussi vrai qu’en jouant le faux. Bref, plus j’y repense, et plus je me dis que ce que je viens de voir là une vraie perle. Certes, sûrement certains ne s’y retrouveront pas comme moi car les remous de l’intrigue les feront peut-être sortir du propos. Peut-être même que d’autres auront aussi du mal pour le propos qui est tenu sur les relations amoureuses hommes-femmes, le mariage ou bien même tout simplement sur les relations familiales en général dans notre société. Mais bon, moi je pars du principe que, pour qu’un film plaise vraiment à quelqu’un, il faut qu’il accepte le fait de ne pas plaire à tout le monde. Pour moi, c’est le cas de ce « Gone Girl ». Il n’emballera pas à tout le monde, ça c’est sûr, mais en tout cas, une chose est sûre : ce film il me plait. Plus que ça, il me transcende….. 2h30 peuvent paraître longue mais j' étais tellement plongé dans le film que je l' ai trouvé limite trop court. J' aurais bien continué le visionnage.

Mais pourquoi ce film est-il aussi bon ? Première raison : Ah le grand retour de David Fincher qu'est ce qu'il m'a manqué ! Après une légère déception ( soyons objectif que diable !!! ) avec une adaptation de Millenium, le maître du thriller retourne dans ce genre qu'il affecte tant en s'attaquant là aussi à un grand succès commercial nommé Les apparences (que je n'ai pas lu). Bien évidemment il faut le dire, Gone Girl est un très très bon film frôlant la perfection, sans être exempt de (petits) défauts mais commençons par le meilleur: la principale force du film repose sur le scénario écrit par l'écrivaine du roman qui est vraiment excellent le film est extrêmement captivant malgré une durée de 2h30 on ne s'ennuie pas une seule seconde et le temps défile a vive allure. L'histoire en elle même colle bien a la filmographie de Fincher avec une ambiance certes peut être moins "poisseuse" que ses précédents film mais son adaptation n'en reste pas moins glaçante bien au contraire car si on devait définir Gone Girl en un seul mot ce serait... Diaboliquement viscéral, rien de mieux pour le définir. OUI !!! J' ai utilisé deux mots. Mince... Mon objectivité est démasquée.... C'est tellement bien foutu au niveau de l'écriture, c'est tellement bien ficelé qu' on ne peut qu'applaudir face à cette totale maîtrise scenaristique n'ayant aucuns points faibles. Le tout repose dans une atmosphère bien retranscrite avec une photographie propre, soignée, esthétique quoique moins belle que dans Millenium a mon goût. Les scènes varient entre quelques touches d'humour noir qui sont les bienvenus ainsi que des séquences assez dérangeantes (tout le talent de Fincher !) qui donnent froid dans le dos mais je n'en dis pas plus. A noter des très bonnes prestations de la part des comédiens et je tiens a parler du rôle de Ben Affleck qui dans ce film montre qu'il peut être un bon acteur et ça fait du bien ! Je ne veux pas dire qu'il jouait mal dans ces précédents films mais il ne m'a jamais marqué, je n'ai jamais eu d'empathie envers ses personnages alors que dans Gone Girl c'est tout le contraire. On a des doutes sur lui au début mais au fur et a mesure que l'intrigue avance on ne peut qu'éprouver de l'affection pour lui. Mais la révélation est pour moi Rosamund Pike qui est vraiment excellente. Cela ne m'étonne pas que d'autres grands cinéastes s'intéressent a elle dans les jours a venir. Donc oui le nouveau Fincher a tout pour plaire avec un superbe scénario, de très bons acteurs, des retournements intelligents, une BO qui colle parfaitement a l'ambiance MAIS et oui il y a un mais le film a pour moi deux petits défauts... D'un point de vue réalisation tout d'abord car quand on va voir un film de Fincher on s'attend a certes un scénario aux petits oignons (la dessus il n'y a pas de problèmes) mais aussi une réalisation digne de ce nom et dans Gone Girl... Et bien sa déçoit. Je ne dit pas que c'est mal réalisé bien au contraire mais de la part de Fincher je m'attendais a mieux mais cela ne casse en aucun cas le rythme le film reste ultra captivant ! Et second point c'est la fin. Non pas quelle est mauvaise, la conclusion est très bonne, glaçante mais j'ai été gêné par la façon dont Fincher arrêtait son film. Il aurait du aller plus loin selon moi. Mais, cette dernière image est plus que maligne car elle nous force à nous interroger sur l' impact que le média audiovisuel peut avoir sur nous donc à interroger, au delà du film, notre rapport aux médias, à internet, etc.... il nous pousse à développer notre esprit critique. Ce qui est osé pour un réalisateur dont l' outil principal est justement une caméra. Bon après, honnêtement, on ne boude pas pour ça ce n'est que quelques petits détails. Donc avec Gone Girl le maître du thriller déchiquette le mariage avec brio grâce a une ambiance réussie ainsi qu'un scénario qui prend aux tripes sans temps morts le tout avec une critique acerée des médias. Après le visionnage, des divorces vont éclater mais bon tout le monde le sait l'union c'est pour le meilleur et (surtout) pour le pire...

Or, la plus grande réussite de ce film, c' est "Gone Girl" sous son étiquette thriller, pourtant non usurpée, et synonyme ici d'un excellent cru de David Fincher, est un film qui en dépasse cette fois les limites par le contexte bien particulier, celui de la vie d'un jeune couple bien établi dans sa vie bourgeoise... Et donc au delà de l'enquête et de ses rebondissements étonnants, c'est l'expérience effrayante de ce duo hors du commun, après quelques années de mariage qui va nous intéresser au plus haut point avec l'horrible manipulation de l'un des deux protagonistes ! Après un début assez classique dans le genre, c'est bien tout ce suspens qui va nous tenir en haleine, puis ce machiavélisme insensé que l'on va suivre, tout en prenant de plus en plus d'ampleur avec des retournements inimaginables pour mieux nous balader, qui ne feront que nous perdre en conjectures les plus folles, qu'en tant que spectateur on échafaude jusqu'à comprendre l'effroyable vérité. Cette histoire effrayante doit également sa réussite aux comédiens en particulier Rosamund Pike, complètement sidérante, figée, glacée dans sa composition très maîtrisée et Ben Affleck un poil moins bon, mais intéressant dans le rôle du mari en proie aux suspicions de la police et aux sarcasmes des médias déchainés par cette affaire... À ce titre, l'état d'esprit de la télévision américaine et son parti-pris avec tout le retentissement sur la population et même sur les conclusions de la police, sont très bien mis en avant et révélateurs de la folie humaine ! Malgré la durée de ce film, on reste donc littéralement scotché à son fauteuil du début à la fin et on ressort de la salle, presque inquiet de tant de calculs, de stratagèmes en tous genres !!! C'est avec un œil différent qu'on se met à imaginer alors quelles pistes possibles auraient pu avoir toutes ces enquêtes mystérieuses et célèbres qui ont défié la chronique sans avoir jamais été élucidées. Ce film au scénario diabolique, et en plus très bien huilé, nous transporte donc aux tréfonds les plus retords de l'âme humaine pour notre plus grand plaisir, comme si une partie de nous même appréciait tout ce côté sordide et épouvantable que nous révèlent ces thrillers tous plus fous les uns que les autres, mais en particulier bien sûr, cet excellent "Gone Girl" !!! Au fond c'est peut-être même bien inquiétant pour notre santé mentale... ! Vous ne pensez pas ?

Sur ce portez vous bien. Continuez à regarder des films. Je vous dis à très bientôt, cher amis cinéphiles. Tcho.
ClementLeroy
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Top Films DAVID FINCHER

il y a 7 ans

2 j'aime

Gone Girl
Sergent_Pepper
8
Gone Girl

Amy pour la vie

Brillantes, les surfaces de verre et les chromes étincelants des 4x4 d’une suburb impeccable du Missouri. Brillante, la photographie d’un univers bleuté, haut de gamme, au glacis de magazine...

Lire la critique

il y a 7 ans

210 j'aime

22

Gone Girl
Gwimdor
8
Gone Girl

Lettre ouverte...

David Fincher, Il a fallu attendre que tu entres dans ta cinquième décennie pour réaliser ton plus beau film, il faut dire que contrairement à certains je ne t'ai jamais réellement voué un culte...

Lire la critique

il y a 7 ans

177 j'aime

12

Gone Girl
Docteur_Jivago
8
Gone Girl

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

Lire la critique

il y a 7 ans

167 j'aime

29

Les Essais
ClementLeroy
9
Les Essais

Un grand auteur, un grand humaniste, un grand penseur

Bonjour à tous, Aujourd' hui, je m' attaque à un auteur, malgré sa renommée, restant , en grande partie, méconnu de tous, excepté de quelques universitaires et snobinards prétentieux de mon...

Lire la critique

il y a 7 ans

24 j'aime

5

Illusions perdues
ClementLeroy
9

Pas un chef-d'œuvre, LE chef-d'œuvre de Balzac !!

Bonjour à tous, Plus d'une fois, je m'étais promis de lire "Illusions perdues" et "splendeurs et misère des courtisanes". De report en report, j'ai fini par trouver le temps et la patience...

Lire la critique

il y a 7 ans

17 j'aime

2

Le Capitalisme de la séduction
ClementLeroy
10

Vertigineux !! un livre utile et pédagogue !!

Bonjour à tous, Cette fois-ci, je m' attaque à la critique d' un mec totalement inconnu du grand public, et de moi-même, jusqu' à recemment.... Pourtant, j' habite à Poiiters, et il a été prof de...

Lire la critique

il y a 7 ans

16 j'aime

2