Grâce à Dieu : F. Ozon au sommet ( de Lyon ).

Avis sur Grâce à Dieu

Avatar Teslax
Critique publiée par le

On peut considérer F. Ozon comme une usine à lui tout seul. Il est en effet l'un des réalisateurs français qui à œuvrer sur le plus de film depuis le début des années. Ce chiffre énorme aurait pu éventuellement déteindre sur la qualité de ces films... Mais ce n'est pas le cas. Ce n'est pas le cas tout simplement car il possède un talent inné dans ce domaine. Il revient encore une fois cette année avec «Grâce à Dieu» qui apporte cette fois-ci un sujet un peu plus délicat qui le problème de la pédophilie dans les églises. Sujet encore plus délicat quand on sait que le procès de la personne en question du film est en cours lorsque le film sort actuellement. Alors que vaut donc ce film qui va très probablement faire pas mal de bruit ?

Comme nous l'avons dit ce film va être dans beaucoup de discussion actuellement, mais ce n'est sûrement pas pour dire que la qualité du film en est réduite. En effet, malgré son sujet, «Grâce à Dieu» réussit l'exploit de toucher le spectateur sans en être au point d'être un tire larme facile. Le film arrive à nous transporter au cœur du quotidien de personne touché par cette tragédie. Dès la première scène du film ou ACTEUR tombe en larme devant la psychologue de l'église nous montre que durant toute l’œuvre nous allons nous offusquer, crier au scandale, mais aussi nuancer l'opinion que l'on a de chacun. L’œuvre est brillamment interprété par un trio d'acteur que l'on va suivre chronologiquement dans le film (nous allons suivre chaque personne comme s'il était le personnage principalement à chaque demi-heure de film). Nous avons dans un premier temps M. Poupaud qui est très bon dans ce personnage rongé mais malgré tout relevé de toute cette horreur, D. Ménochet qui frappe moins à l'écran que dans «Jusqu'à la Garde» mais n'en reste pas moins tout aussi bon, et enfin S. Arlaud qui est tout simplement déchirant dans ce film, s’il y a bien un moment où l'on va certainement pleurer, c'est bien avec ce personnage. Tous ces personnages vont ainsi montrer toutes les nuances qu'apportent le fait de partir en ''guerre'' contre sa propre religion (nous aurons d'un côté ceux qui estiment qu'il est important de garder la foi, et d'autre qui estimeront qu'il vaut mieux couper tous les ponts) et c'est la une des grandes forces du film.

Malgré tout, le film n'est pas parfait non plus, en même temps avec un sujet comme celui-ci, parler de perfection aurait pu être vraiment compliqué. Nous avons d'une part une légère absence d'ambition dans la réalisation. En effet, hormis des plans intéressants comme le fait de ne pas avoir de lumières sur les personnages de l'église lorsque l'on film à contrejour dans l'église (pour sûrement signifier qu'ils n'ont plus rien à voir avec le divin) ou les passages du passé qui apporte un côté encore plus menaçant au prêtre. De plus la narration du début de film qui fait que les personnages ne se parlent que par mail est parfois très redondante et n'amène ainsi que très peu de rythme. Aussi, le film a vraiment du mal à rentrer pleinement dans le sujet initial en débordant toujours sur des sujets secondaires. Cela est principalement dû au fait que le film est lancé au moment où l'on tourne le procès de l'antagoniste du film, ce qui peut amener à des complications si F. Ozon prend pleinement partie dans cette affaire.

«Grâce à Dieu» reste malgré un film poignant avec un sujet qui l'est tout autant. Ce film restera très certainement l'un des meilleurs films de F. Ozon tant il est géré à la perfection sur beaucoup de points. Hormis cela, le film reste décisif dans la façon d’interpréter un événement actuel comme factuel. C'est en cela que le film mérite d'être visionner par le plus grand nombre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 32 fois
1 apprécie

Autres actions de Teslax Grâce à Dieu